17/07/2019

Une ligne de vaisselle et de verrerie viennent compléter à partir de septembre la collection L’Économe, lancée en 2017 avec une gamme de couverts en inox, le tout participant de ritualiser le quotidien autour de la nourriture avec poésie, élégance et humilité, un sujet cher à Philippe Starck et qu’il s’applique à lui-même depuis longtemps.

Privilégier l’usage selon Starck

Le propos de Starck n’est pas ici la forme mais le service, d’où le choix de formes simples dans un registre déjà éprouvé. On retrouve dans cette collection le même principe formel et d’usage du designer déjà été édités par d’autres (en matériaux composites chez Alessi et dans une combinaison verre/inox chez Driade). L’idée simple ici est que l’écologie ne doit pas être une punition mais un process gratifiant; que chacun peut agir au niveau individuel et au quotidien pour éviter le gaspillage en utilisant cette vaisselle à la fois pour servir et conserver la nourriture. Une ôde à sa grand-mère, cuisinière hors pair, en souvenir de ses plats mijotés, conservés au frais dans des saladiers recouverts d’une assiette, qui étaient encore meilleurs le lendemain.

Un geste écologique humble

Pensée pour faciliter les repas du quotidien et leur stockage au frais, cette collection de vaisselle bi-matière – satinée et émaillée – aux coloris pastel évoquant le végétal (blanc navet, radis rose, jaune gingembre, gris rutabaga et vert artichaut) est composée d’un ensemble de bols droits ou « coupes » et d’assiettes faisant aussi office de couvercles. Empilables et modulables, ils passent du réfrigérateur au four, du four à la table et de la table au réfrigérateur. Praticité et élégance tout en sobriété caractérisent cette vaisselle, innovante par la multiplicité de ses usages comme de l’économie de gestes, de temps et de place qu’elle procure.

« Frigorie » et « calorie » chez Starck

Pour compléter cette table , Starck prolonge l’expérience L’Économe avec une collection de verres dont la simplicité des lignes révèle une intelligence d’usage. Considérant que tous les verres ont été dessinés et que la forme archétypique du verre sur pied est le ballon, à ce registre formel de notre mémoire collective, Starck apporte un service en plus sans lequel cette forme basique ne serait rien. Starck se revendiquant maniaque de la conservation du froid, les verres « Imperturbables » (gobelet sur pied, verre vin et flûte à champagne) maintiennent la température idéale des liquides servis grâce à une double paroi isolante. Un souci de la « frigorie » – le designer n’hésite pas à utiliser ce néologisme –, c’est-à-dire de conserver le froid qu’il oppose à « calorie » pour dire le chaud. Cette double paroi, au-delà du service rendu, donne l’impression que les liquides sont en en lévitation dans les verres.

Connue et reconnue pour son orfèvrerie en acier inoxydable, Degrenne, « Entreprise du Patrimoine Vivant », accompagnée par un nouvel actionnaire et une nouvelle équipe dirigeante, étend avec cette nouvelle collection ses gammes couvrant désormais l’ensemble des arts de la table: couverts, vaisselle, verrerie, la préparation culinaire et la décoration.