04/10/2019

Nos repérages pour la Nuit blanche de Paris

Ce samedi 5 octobre, Paris vibrera au rythme des installations artistiques de la Nuit blanche.
Avec près de 200 oeuvres exposées dans la capitale et ses alentours, il est difficile de tout voir. C’est pourquoi la rédaction vous propose une liste non-exhaustive afin de vous aider dans votre choix. Innovation 2019 : côté des installations éphémères, cette année les œuvres des artistes paraderont, au rythme des chars et des groupes musicaux : une signature reconnaissable du directeur artistique Didier Fusillé, par ailleurs président de l'établissement public et du parc de la Grande Halle de la Villette. Repérages en fonction des quartiers.

La Rive droite s’illumine

« Glory moon » - Installation L’artiste français Guillaume Marmin présentera son installation lumineuse « Glory moon », réalisée dans le cadre de la Biennale d'art numérique Némo (3 octobre-9 février). La sphère, placée au centre de la nef de l’Église Saint-Merry (4e arrondissement), sculpte et révèle le vaisseau central de cette église romane du IXe siècle. L’installation sera accessible entre 19h30 et 03h au 76 rue de la Verrerie (75004). « Souffle vital : regards croisés / France / Chine » - Installation L’école d’art appliqués parisienne Duperré, en association avec la China Academy of Art, projettera un ensemble de vidéos interactives et ludiques sur des textiles. Elles expriment les différentes formes de l’énergie vitale. Les vidéos seront visibles sur le parvis de l’Hôtel de Ville du 3e arrondissement, au 2 rue Eugène Spuller, de 20h30 à 05h. « V-Loop » - Installation Le studio 1024 architecture présentera « V-Loop », un dispositif de lumières sur le segment du périphérique entre la porte de la Villette et la porte de Pantin (19e arrondissement). L’agencement, géré par un système informatique, surlonge et aligne le parcours du vélodrome qui devient un paysage évolutif et poétique en mouvement, en référence au Paris Ville Lumière du XIXe siècle. Cette portion du périphérique est accessible entre 19h et 06h. « Musée sans bâtiment » - Installation L’architecte français Yona Friedman, doyen de l’édition à 96 ans, dévoilera « Musée sans bâtiment ». Exemple de son concept d’architecture mobile, inventé dans les années 1970, la structure invite le public à manipuler les hula-hoops multicolores pour créer en fonction de ses besoins, de son environnement et de son habitat. Les visiteurs improviseront au Centre sportif Ladoumègue, au 39 rue des Petits Ponts (75019), entre 19h-03h.

La Rive gauche revisite Paris

L’artiste français Daniel Buren, auteur notamment des Deux Plateaux dans le jardin du Palais Royal, proposera une oeuvre minimale basée sur l’illusion d’optique. À l’aide de deux grands miroirs inclinés, il propose un « tableau de Paris » renvoyant une vision renversée de la ville, une façon de faire écho au vertige que procure la ville.
L’oeuvre sera visible au sein de la parade puis disposée sur le parvis de la tour Eiffel (75007) jusqu’à 00h45.

Paris « recadré » – Travail in situ

Photo souvenir / Daniel Buren / Repérages pour Nuit Blanche, Tour Eiffel, 24 juin 2019 © DB-ADAGP Paris 4

« Sylvia » – Installation sonore
Stefane Perraud transformera la nef de l’église du Collège des Bernardins, le temps d’une nuit, en paysage sonore forestier.
Le public s’immergera au 20 rue de Poissy (75005), entre 21h et 03h.

« Que votre coeur soit toujours ardent » – Installation vidéo

L’artiste française Sophie Narain invitera le public à une projection hypnotique sur fond sonore pour une découverte méditative de l’Amour.
Les visiteurs feront une pause contemplative, entre 19h et 02h, à l’Église Sainte-Anne de la Butte-aux-Cailles (188 rue de Tolbiac, 75013).

 

 

 

Une nuit de défis

Dans les participations étonnantes, la designeuse française matali crasset,  présente un manège pédagogique « Saule et les hoppies ». Le public donne vie à cette oeuvre d’art interactive à l’aide d’un pédalier.
Le manège traversera la France afin d’inviter le plus grand nombre à prendre conscience de son rôle dans la sauvegarde de l’environnement.
La Philharmonie organise de véritables marathons musicaux toute la nuit. Des concerts, du classique au moderne, avec notamment le Trio Wanderer, pour les petits et les plus grands. Pour les plus connaisseurs, l’artiste islandais Ragnar Kjartansson interprétera pendant 9 heures le cycle Dichterliebe de Robert Schumann. Le public pourra assister aux concerts au 221 avenue Jean Jaurès (75019), entre 19h et 07h.

Retrouvez l’ensemble du programme de la 17e édition de la Nuit blanche sur le site internet : https://quefaire.paris.fr/nuitblanche

 

Rémi de Marassé