18/10/2018

Entamée en 2013 avec l’arrivée d’Olivier Gabet à la direction du Musée des Arts Décoratifs, la réflexion autour d’une relecture des collections, riches et variées, du département moderne et contemporain, arrive à son terme avec l’ouverture le 19 octobre 2018 d’un nouveau parcours. La scénographie est signée par les designers Eloi Chafaï et Jean-François Dingjian, fondateurs de Normal Studio. 

 

 

Privilégiant une approche thématique et pluridisciplinaire l’exposition embrasse pleinement la nouvelle identité de l’institution qui propose une présentation inédite de l’histoire des formes et des usages. Elle permet de découvrir l’évolution culturelle de la société à travers ses artefacts.

Articulées autour de grandes figures du design moderne comme Iris Van Herpen, Philippe Starck, Roger Tallon, Charlotte Perriand ou encore Jean Prouvé, les galeries invitent le public à cheminer des arts décoratifs à la mode en passant par les jouets, les verres ou la photographie.

 

Les enfants modernes, lit superposé de Marc Newson

Six décennies de design 
 

Le projet marque pour Olivier Gabet un véritable statement à l’image de la nouvelle orientation prise par l’institution au regard de ses collections permanentes. Le niveau 3 (qui longe la Rue de Rivoli) regroupe une enfilade de salles qui permet au visiteur de parcourir la création contemporaine déployée à travers des thématiques propres à six décennies : l’Humanisme numérique des années 2000, Philippe Starck et le design pour tous des années 1990, la scène japonaise des années 1980, l’avant-gardisme de Prisunic des années 1970, le design à l’italienne des années 1960 ou encore la Galerie Steph Simon et les modèles alors exclusifs de Jean Prouvé et de Charlotte Perriand des années 1950.

 

Les Period Rooms, retour sur l’univers de Roger Tallon

 
Rénovation du Pavillon de Marsan
 

Au niveau du Pavillon de Marsan l’exposition, entièrement repensée par Normal Studio, met habilement en scène, le dialogue entre entre les oeuvres et les disciplines. Le parcours imaginé par le duo, est rythmé par les period rooms, signatures historiques et esthétiques du musée, permettant d’apprécier le temps d’un instant la cuisine de la Cité Radieuse de Marseille, ou bien une chambre de la Cité Universitaire d’Anthony. Il aborde également les mouvements influents de l’histoire du design comme Memphis ou encore certaines typologies d’objets propres au design comme comme la chaise ou le vase. 

 

Memphis

 
La bibliothèque de chaises
 

Composition phare de cette folle histoire du design qui est ainsi contée au visiteur, la bibliothèque de chaise met en lumière l’évolution de cette typologie. Les mots d’ordre de cette scénographie sont la transparence et la lumière, en échos subtil à l’impressionnant travail d’aménagement intérieur réalisé, pour que le visiteur bénéficie en parallèle des vues spectaculaires de Paris et ses incroyables perspectives à contempler depuis le muséeUne traduction presque littérale de cette nouvelle vision portée par l’institution sur la compréhension de la place de l’objet dans notre quotidien.

Plus largement, cette exposition rejoint les ambitions portées par Olivier Gabet pour le Musée des Arts Décoratifs de Paris, insistant principalement sur la grande variété des collections qui constitue l’identité même du musée.