09/08/2016
La Cité de l’Architecture et du Patrimoine, à Paris, consacre une exposition à l’architecte et sociologue Yona Friedman, “Architecture mobile = architecture vivante”

La Cité de l’Architecture et du Patrimoine, à Paris, consacre une exposition à l’architecte et sociologue Yona Friedman, “Architecture mobile = architecture vivante”, jusqu’au 7 novembre. Dans les années 1950, Yona Friedman a théorisé et diffusé la notion d’architecture mobile , pensée pour les habitants, à l’instar de sa “Ville spatiale”, une structure suspendue, démontable et transformable par ses occupants. Ses théories, perçues comme utopistes à l’époque, trouvent un écho aujourd’hui. A travers des maquettes, des collages et des croquis, l’exposition reprend ses travaux de recherche et des projets comme le lycée Bergson d’Angers, utopie réalisée grâce à un travail au plus proche des habitants. Son rôle d’architecte était de faire le lien entre les usages et besoins des usagers et les moyens techniques nécessaires à la réalisation de l’établissement. Né 1923 à Budapest, Yona Friedman a étudié l’architecture en Hongrie et en Israël, où il a commencé sa carrière, jusqu’à son installation à Paris en 1957.