Skip to main content
Actualites / Events / « Hyper nature » : la nature sous toutes ses coutures
16/09/2021

« Hyper nature » : la nature sous toutes ses coutures

En imbriquant dispositifs numériques aux humeurs dystopiques de l’anthropocène et pièces organiques où le design d’objets ouvre des pistes plus poétiques, l’exposition Hyper Nature du festival nantais Scopitone donne un aperçu intrigant du mélange d’hommage et de fantasme que la nature peut susciter chez l’artiste. À voir jusqu’au 19 septembre

À l’heure où les valeurs écologiques et environnementales s’affirment à tous les étages de l’économie et de la politique, la thématique de l’exposition Hyper Nature du festival nantais Scopitone pourrait presque sonner opportuniste. Mais, le degré d’abstraction et d’imbrications des supports qui transparaît à travers la majorité des pièces présentées contrevient à cette crainte en donnant une lecture générale suffisamment intimiste et mystérieuse pour fixer le caractère général plutôt fascinant de l’exposition.

Le parcours déambulatoire au sein des différents espaces de Stéréolux – le bâtiment vaisseau-mère de Scopitone – instille en effet un rapport plutôt complexe et intriqué avec une nature interprétée ici sous différentes coutures. Plusieurs pièces alternent ainsi hommage à la nature et questionnement des artistes sur notre relation à celle-ci, à l’ère de l’anthropocène où l’impact humain sur nos écosystèmes devient problématique.

Barthélémy ANTOINE-LŒFF, Tipping Point, 2020, glace, eau, verre © Barthélémy Antoine-Lœff – Photo : David Gallard
Cécile BEAU, Soleil vert, 2020, aquarium, minéraux, eau, algues, crevettes, néon, 30 x 40 x 40 cm © Cécile Beau, ADAGP Paris 2021
Sabrina RATTÉ, Floralia, 2021, animations 3D, photogrammétrie, images de synthèse, papier peint. Durée 4’00’’. Trame sonore d’Andrea-Jane Cornell © Sabrina Ratté – Courtesy Galerie Charlot, Paris

Le glacier artificiel miniature sous cloche de verre du Tipping Point de Barthélemy Antoine-Lœff renvoie donc au temps nécessaire pour qu’un glacier se crée… ou se régénère. Le Soleil Vert de Cécile Beau rejoue dans son aquarium l’hymne à la terre du triptyque minéral / végétal / animal en mettant en scène sphère d’algues, roches immergées et fossiles de crevettes. Les écrans et dispositifs numériques rallient la célébration technologique dont Scopitone est coutumier sous le même prisme, comme dans la collection d’archives virtuelles d’espèces végétales disparues du Floralia de Sabrina Ratté.

Elise MORIN, Spring Odyssey, Triptyque 3, 2019-2021, vidéo, photo, plantes et réalité augmentée © Elise Morin, ADAGP Paris 2021
HeHe, Laboratory Planet II, Sick Planet-Catastrophes Domestiques N°3, 2018, aquarium, globe sur moteur, eau, LED, liquide fluorescent. Production pour l’exposition ''Eco-Visionaries'' à la HeK, House of Electronic Arts Basel, 2018 © HeHe

Le questionnement se porte en particulier sur les signaux et les indicateurs que la nature peut transmettre à l’homme quant à un état des lieux plutôt inquiétant. Le projet très art / science Spring Odyssey d’Elise Morin – mené en partenariat avec des scientifiques de Paris-Saclay – s’appuie ainsi sur la création d’une plante réactive au stress radioactif, à la fois transposée dans des environnements virtuels de réalité augmentée et dans la réalité de la « Forêt Rouge » de Tchernobyl où elle a d’ailleurs muté. Plus allégorique, la sphère terrestre enfermée dans une boîte baignant dans le liquide fluorescent et trouble du Laboratory Planet II du collectif Hehe rappelle que la pollution est désormais un poison global.

Physique quantique et activité électromagnétique : la nature fantasmée

Pour autant, l’exposition sait aussi brouiller les pistes en mettant en perspective la manière un peu fantasmée dont les artistes s’inspirent de la nature, et notamment de ses phénomènes physiques invisibles ou inexplicables, dans leur travail. Une façon pour eux de créer les scénarios d’un futur spéculatif dans lequel le design d’objet s’octroie une véritable place.

Guillaume COUSIN, Soudain Toujours, 2021, machine, soufflerie, fumée, aérodynamique © Guillaume Cousin – Photo : David Gallard
Claire WILLIAMS, Zoryas, 2019, sculpture verre soufflé, gaz rares, électricité, son © Claire Williams – Production Le Fresnoy - Studio national des arts contemporains – Photo : David Gallard

L’impressionnante machine de mécanique des fluides du Soudain Toujours de Guillaume Cousin crée ainsi par ses propulsions de fumée chaotiques un environnement systémique et organique renvoyant à la physique quantique et à ses inconnues. Les expériences atmosphériques du dispositif Zoryas de Claire Williams s’articulent autour d ‘une matière-énergie de plasma combinant gaz d’extraction interstellaire (argon, néon, Krypton, xénon, etc.) et activité électromagnétique solaire, introduite dans des sculptures en verre où elle révèle d’intrigantes chorégraphies de contraction électriques dignes des fameuses bobines Tesla. Des ondulations sonifiées – que Claire Williams décline encore avec son ondoscope, un appareil de captation des variations électromagnétiques naturelles, dans son autre installation, Les Aethers – que l’on peut même entendre tactilement à partir des vibrations émises depuis la table circulaire d’écoute entourant l’œuvre.

Justine EMARD, Supraorganism, 2020, sculptures verre soufflé, LEDs, tiges métalliques sur moteurs, machine learning © Justine Emard, ADAGP Paris 2021 – Photo : David Gallard
Laura COLMENARES GUERRA, Rios, 2020, sculpture (print 3D) basée sur la topographie du bassin amazonien © Laura Colmenares Guerra – Photo : David Gallard

Dans ce registre design d’objets et scénographie symbiotique, la vingtaine de sculptures robotisées du Supraorganism de Justine Emard fait sans doute figure de morceau de choix. Inspirée du comportement des essaims d’abeilles, la pièce associe récipients en verre soufflé et petits dispositifs mécaniques et lumineux intrusifs en jouant une partition collective impromptue. Une note d’espoir peut-être pour une narration futuriste moins dystopique que celle d’autres artistes de l’exposition. Laura Colmenares Guerra par exemple, chez qui l’expression plastique prend la forme de sculptures imprimées en 3D donnant une représentation volumétrique des menaces environnementales pesant sur l’Amazonie (déforestation, prospection minière).

Laurent Catala

 

Festival Scopitone, Nantes, jusqu’au 19  septembre.