Recycle Group, le 3.0 déifié
17/03/2016
Recycle Group, le 3.0 déifié

La galerie Suzanne Tarasieve présente l’exposition Novus Ordo Seclorum du Recycle Group formé en 2008 par Andrey Blokhin et Georgy Kuznetsov.

La galerie Suzanne Tarasieve présente l’exposition “Novus Ordo Seclorum” du Recycle Group formé en 2008 par Andrey Blokhin et Georgy Kuznetsov. C’est durant la dernière biennale de Venise que le duo d’artistes russes s’était fait remarquer à la chapelle Sant’Antonin, en présentant “Conversion”. Une partie de ce travail est aujourd’hui reprise pour leur seconde exposition chez Suzanne Tarasieve. Le titre de l’exposition fait référence à la devise imprimée sur le dos des billets de 1$ depuis 1935. Utilisée avec les symboles géométriques de la franc-maçonnerie, elle désigne un “nouvel ordre mondial”. Andrey Blokhin et Georgy Kuznetsov explorent le sujet en utilisant les codes de la réalité virtuelle et portant ce message radical : “la génération post-Internet serait entrée de plain pied dans une histoire séculaire, régie par des entreprises technologiques qui dominent notre pensée (…). Une vision “rétro-anticipative”, comme l’exprime le critique Arnaud Pierrei pour signifier un avenir déjà dépassé.” La formalisation de leur travail se fait via l’idée des “vestiges”, transformant la galerie en champs de fouille archaïco-futuriste. Reprenant l’imagerie traditionnelle des scènes bibliques le duo remplace le corpus des codes déiques par des paraboles, ordinateurs, téléphones portables sacralisant ainsi ces nouveaux outils. Pour ce travail, le duo choisit des matériaux industriels recyclés (caoutchouc, polyuréthane, plastique thermoformé…). Une exposition manifeste tant pour exprimer l’avènement du numérique que pour le dénoncer. Vendredi 18 mars 2016 de 17h à 20h : signature du catalogue de Recycle Group en présence des artistes et d’Hervé Mikaeloff, commissaire indépendant et consultant en art contemporain.


Yves Mirande

INFORMATIONS PRATIQUES

Dates
Du 17/03/2016 15:40 au 18/03/2016 10:11
Lieu :
7 Rue Pastourelle, 75003 Paris, France

Recycle Group, Enlightener 6 et 2, 2015
Recycle Group, Tower Raising 3, 2014-2015
Recycle Group, All-seeing eye, 2016
Continuer
Un panorama de l’architecture japonaise au MOMA
17/03/2016
Un panorama de l’architecture japonaise au MOMA

Le MoMA dresse un panorama de la création architecturale japonaise dans l’exposition A Japanese Constellation : Toyo Ito, SANAA, and Beyond.

Le MoMA – Museum of Modern Art à New York – dresse un panorama de la création architecturale japonaise dans l’exposition “A Japanese Constellation : Toyo Ito, SANAA, and Beyond”. Ayant pour point de départ le travail des deux primés au Pritzker Prize, Toyo Ito en 2013, Kazuyo Sejima et Ryue Nishizawa du studio SANAA en 2010, l’exposition met en avant l’influence qu’ils ont pu avoir sur la nouvelle génération et présente les travaux récents de trois générations d’architectes, notamment Sou Fujimoto, Akihisa Hirata et Junya Ishigami. Dans une scénographie structurée par des rideaux translucides, qui révèle un réseau d’influence entre les créateurs depuis le début du 21e siècle, une oeuvre se distingue comme pivot de ces connexions : la médiathèque de Sendai de l’architecte Toyo Ito, espace de technologie tout en transparence dont la construction a été achevée en 2001. L’exposition est également un reflet de la prise en compte d’une responsabilité sociale pour les créateurs, puisque de nombreux architectes ont été impliqués dans la reconstruction du Japon après le séisme et le tsunami de 2011. Les techniques de construction traditionnelles ont été bouleversées par de nouvelles contraintes économiques, légales et fonctionnelles.  

INFORMATIONS PRATIQUES

Dates
Du 17/03/2016 14:53 au 22/03/2016 15:32
Lieu :
11 W 53rd St, New York, NY 10019, États-Unis

Ryue Nishizawa, Teshima Art Museum, Kagawa, Japan, 2004–10 © Office of Ryue Nishizawa
Sou Fujimoto, House N, Oita, Japan, 2006–08 © Iwan Baan
Ryue Nishizawa, Hiroshi Senju Museum, Nagano, Japan, 2007–10 © Daici Ano
Kazuyo Sejima, House in a Plum Grove, Tokyo, 1999–2004 © Kazuyo Sejima & Associates
Sou Fujimoto, House NA, Tokyo, 2007–11 © Iwan Baan
Junya Ishigami, Kanagawa Institute of Technology Workshop, Kanagawa, Japan. 2005–08 © Junya Ishigami + Associates
Toyo Ito, Sendai Mediatheque, Miyagi, Japan, 1995–2001 © Naoya Hatakeyama
Continuer
L’arbre en majesté
15/03/2016
L’arbre en majesté

La galerie Armel Soyer présente, pour la première fois à Paris, le travail de l’artiste/designer russe Denis Milovanov.

La galerie Armel Soyer présente, pour la première fois à Paris, le travail de l’artiste/designer russe Denis Milovanov. Le calme de cette galerie lovée au fond d’une cour du 3e arrondissement de Paris est en parfaite harmonie avec les neuf pièces uniques en bois massif présentées – pourtant toutes travaillées à la tronçonneuse. Denis Milovanov récupère des troncs couchés par les tempêtes. Il les tronçonne, les burine, les creuse, les sculpte, redonnant ainsi toute leur majesté à ces arbres mis à mal. Il se dégage de ses pièces (banc, chaise, fauteuil, paravent, etc.) une force et une aura qui envahissent le lieu. Et pour protéger ces bois rescapés et désormais transcendés, Denis Milovanov a parcouru la Russie afin d’étudier les techniques traditionnelles locales. Il fait bouillir ses pièces dans de l’huile de lin. Une technique de protection qui révèle en même temps les finitions subtiles et minutieuses de l’artiste. En réaction à une source de chaleur, l’huile tanne la matière, créant des nuances du brun châtaigne au noir charbon. Le travail primitif de Denis Milovanov pose la question du retour à la nature et interroge notre place au sein de cet environnement. À l’image du travail de Peter Marigold, Max Lamb (avec son Grand father’s tree), Formafantasma, Kaspar Hamacher. Denis Milovanov a fondé son atelier en 2012 à Pavlovsky Povae, dans la région de Moscou. Il a notamment collaboré avec Zaha Hadid et Boris Vervoordt. Une de ses nouvelles pièces est attendue lors de l’exposition collective de la galerie au PAD Paris du 31 mars au 3 avril 2016.


Yves Mirande

INFORMATIONS PRATIQUES

Dates
Du 15/03/2016 13:48 au 15/03/2016 16:55
Lieu :
21 Rue Chapon, 75003 Paris, France

L’exposition de Denis Milovanov à la galerie Armel Soyer
L’exposition de Denis Milovanov à la galerie Armel Soyer
L’exposition de Denis Milovanov à la galerie Armel Soyer
L’exposition de Denis Milovanov à la galerie Armel Soyer
L’exposition de Denis Milovanov à la galerie Armel Soyer
L’exposition de Denis Milovanov à la galerie Armel Soyer
Continuer
Issey Miyake, un maître d’ouvrages
14/03/2016
Issey Miyake, un maître d’ouvrages

L’exposition “The work of Miyake Issey” au National Art Center de Tokyo rend hommage aux 45 années de création et de recherche du styliste japonais.

Sa passion de l’innovation dans tous les domaines et sa fascination pour le corps en mouvement ont construit le parcours exemplaire et original d’Issey Miyake, sans cesse à la poursuite d’un dialogue qui concilie artisanat et haute technologie. Dans une scénographie de Tokujin Yoshioka et de Taku Satoh, l’exposition “The work of Miyake Issey” au National Art Center de Tokyo rend hommage à ses 45 années de création et de recherche. Formé aux arts graphiques à l’université de Tama Art (le designer Naoto Fukasawa en sera également diplômé), Issey Miyake y dénonce une absence de formation aux métiers de la mode. Cela va dessiner une approche particulière de sa relation au vêtement. Il l’exprimera souvent : “Dessiner un vêtement, c’est dessiner un produit de design”.Extrait de la rubrique “Mode”, par Chantal Hamaide, Intramuros n°183, Mars/avril 2016Retrouver la suite de l’article Chantal Hamaide

INFORMATIONS PRATIQUES

Dates
Du 14/03/2016 14:03 au 14/03/2016 14:09
Lieu :
7 Chome-22-2 Roppongi, Minato, Tokyo 106-8558, Japon

Invitation du défilé Issey Miyake Printemps-Eté 1989, design graphique Tadanori Yokoo
Collection Homme Plissé Issey Miyake Automne-Hiver 2014 © Grégoire Alexandre
Continuer
Une rétrospective consacrée à Franco Albini à l’Institut culturel italien
09/03/2016
Une rétrospective consacrée à Franco Albini à l’Institut culturel italien

L’Institut culturel italien présente une rétrospective consacrée à l’architecte et designer Franco Albini (1905-1977), l’un des principaux représentants du courant rationaliste.

L’Institut culturel italien présente une rétrospective consacrée à l’architecte et designer Franco Albini (1905-1977), l’un des principaux représentants du courant rationaliste, en collaboration avec la Fondazione Franco Albini et en partenariat avec Cassina. Depuis 2007, Cassina détient les droits de reproduction de certaines pièces d’Albini : la chaise Luisa qui a reçu un Compasso d’Oro en 1955, la table Cavaletto (1950), la petite table Cicognino (1953), le fauteuil Tre Pezzi (1959), composé de trois éléments qui se distinguent bien les uns des autres : une assise profonde, un dossier/accoudoirs en forme de demi-cercle et un repose-tête en demi-lune. En 2011, Cassina a acquis les droits de la bibliothèque Veliero, conçue par Franco Albini en un unique exemplaire en 1939 pour son appartement milanais. Un projet expérimental dont le nom fait allusion à la charpenterie navale. Commissariat de l’exposition : Giampiero Bosoni  

INFORMATIONS PRATIQUES

Dates
Du 09/03/2016 11:07 au 09/03/2016 14:28
Lieu :
73 Rue de Grenelle, 75007 Paris, France

Rétrospective Franco Albini
Rétrospective Franco Albini
Rétrospective Franco Albini
Fauteuil Tre Pezzi
Bibliothèque Veliero
Couverts
Continuer
Internationales graphiques : des affiches engagées à l’Hôtel des Invalides
09/03/2016
Internationales graphiques : des affiches engagées à l’Hôtel des Invalides

A travers 170 pièces, l’exposition Internationales Graphiques dresse un panorama de la production d’affiches politiques et culturelles entre 1970 et 1990…

Le musée d’Histoire contemporaine, situé dans l’Hôtel des Invalides, à Paris, conserve les ressources iconographiques de la bibliothèque de documentation internationale contemporaine (à Nanterre), spécialisée dans l’histoire du 20e siècle. A travers 170 pièces, l’exposition Internationales graphiques dresse un panorama de la production d’affiches politiques et culturelles entre 1970 et 1990, une période faste, marquée par de grandes mobilisations internationales : contre la guerre du Vietnam, les dictatures latino-américaines, l’apartheid… De nombreux graphistes (Alain Le Quernec, Claude Baillargeon, Henryk Tomaszewski, Roman Cieslewicz, Zanzibar’t, Wild Plakken, Klaus Staeck…) investissent l’affiche au service de ces causes pour des syndicats, des partis politiques, des ONG, des institutions culturelles… Beaucoup refusent de travailler pour la publicité et revendiquent le choix de leurs commanditaires. Certains optent pour un fonctionnement en collectif. La scénographie, signée Alice Geoffroy, présente les œuvres sans cadre sur des murs surlignés de bandes de couleurs.  

INFORMATIONS PRATIQUES

Dates
Du 09/03/2016 14:54 au 09/03/2016 17:28
Lieu :
129 Rue de Grenelle, 75007 Paris, France

Affiche réalisée par Alain Le Quernec pour Amnesty International,1977. Collection BDIC © Alain Le Quernec
La femme est l’avenir de l’Europe, Roman Cieslewicz, 1978. Affiche commandée par le Parti Socialiste pour les élections européennes de 1979. Les Silos Maison du Livre et de l’Affiche, Chaumont © ADAGP, Paris 2015
Et une vie nouvelle fleurit sur les ruines. Klaus Staeck, 1980. Bibliothèque nationale de France © ADAGP, Paris 2015
Continuer
Pierre Charrié présente son parcours au Lieu du Design
08/03/2016
Pierre Charrié présente son parcours au Lieu du Design

Lauréat du Grand Prix de la Création de la ville de Paris en 2015 et de la Bourse Agora en 2014, Pierre Charrié travaille aujourd’hui en tant que designer indépendant. 

Le designer évoquera son parcours au Lieu du Design le 24 mars de 9h30 à 11h.Lauréat du Grand Prix de la Création de la ville de Paris en 2015 et de la Bourse Agora en 2014, Pierre Charrié travaille en tant que designer indépendant. Diplômé de l’ENSCI-Les Ateliers, après des études aux Beaux-Arts de Nîmes, il a collaboré avec des agences de création pour des clients tels que Tolix, Dyptique, Mumm, Tefal, Schneider Electric… Fils d’un musicien et d’une ergothérapeute, Pierre Charrié s’intéresse à la dimension sensorielle des objets du quotidien. Avec le VIA, il a développé la lampe Aérobie, qui détecte la qualité de l’air. Elle a récemment intégré la collection du CNAP. Lauréat de la Bourse Agora, le projet Surfaces Sonores a été exposé aux Musée des Arts Décoratifs de Paris à l’occasion des D’Days en 2015. Informations : juliette.chevalier@lelieududesign.com  

INFORMATIONS PRATIQUES

Dates
Du 08/03/2016 09:53 au 08/03/2016 12:09
Lieu :
11 Rue de Cambrai, 75019 Paris, France

Continuer
“Culture interface, numérique et science-fiction”, à la Cité du design
08/03/2016
“Culture interface, numérique et science-fiction”, à la Cité du design

Les liens qu’entretiennent le design numérique et la science-fiction sont à tester grandeur nature à la Cité du Design, à Saint-Etienne. Entre films de science-fiction et design.

Les liens qu’entretiennent le design numérique et la science-fiction sont à tester grandeur nature à la Cité du Design, à Saint-Etienne. Entre films de science-fiction et design d’interface, les influences sont mutuelles. Une grande partie des manières de contrôler les machines semble avoir été conçue en lien avec des objets fictifs provenant des cultures de l’imaginaire, et plus spécifiquement de la science-fiction (cinéma, littérature, bande-dessinée). Petit Retour vers le futur, avec 2001, l’Odyssée de l’espace, Avatar, Minority Report, Iron Man, Star Trek, qui nous donnent une vision du futur avant l’heure. Certains objets ont intégré notre quotidien, prenant la place d’objets fictionnels : visiocasques, neurocasques, montres intelligentes, réalité augmentée… Le futur est déjà là. Commissaire de l’exposition : Nicolas Nova, chercheur en ethnographie et design d’interaction, enseignant à la Haute-Ecole d’Art et de Design (HEAD – Genève), co-fondateur du Near Future Laboratory, une agence de prospective et d’innovation.  

INFORMATIONS PRATIQUES

Dates
Du 08/03/2016 15:48 au 08/03/2016 19:20
Lieu :
3 Rue Javelin Pagnon, 42000 Saint-Étienne, France

Mikma, Nadezda Suvorova, 2014 © Raphaelle Mueller
Espace_Dmo © Pierre Grasset
Continuer
Les traces de Brandao
07/03/2016
Les traces de Brandao

La MDM Gallery, première galerie parisienne spécialisée dans l’art contemporain brésilien, présente “Experimentos com o Acaso” d’Alexandre Brandão.

Créée en 2012 par Maria Do Mar Guinle, la MDM Gallery, première galerie parisienne spécialisée dans l’art contemporain brésilien, présente “Experimentos com o Acaso” d’Alexandre Brandão. Dès l’entrée de l’exposition, les ronds de couleurs ocre de “Desenho secreto” (2015) captent l’attention : une installation de papier format A5 à base de jus de citron chauffé par endroit dévoile comme des lunes imaginaires. Dans “Mêmore” (2013), l’artiste/designer brésilien insère des pigments noirs et de l’eau dans des sacs en papier filtre. L’eau chargée de pigments monte par capillarité laissant un dessin-empreinte jamais identique selon les sacs. Dans “Ecliptica” (2014), il dépose de la terre de sa région natale (Minas Gerais) dans un abat jour en métal. L’ombre portée sur le mur devient une trace de ses origines. Avec “Adobe” (2014), Alexandre Brandão mélange de l’eau à de la terre de son pays et les moule comme des savons de différentes formes. Une vidéo le montre se lavant les mains avec ses “savons de terre” qui se décomposent sous ses doigts. Dans cette exposition qui réunit à la fois des photographies, des installations et des vidéos, Alexandre Brandão questionne clairement la notion de “traces”, concept très éloigné des modes de pensées occidentaux. Des traces indélébiles tant visuellement que mentalement, à l’image d’une empreinte laissée par les feuilles tombées sur un ciment frais, en référence à la série de photographies “Jardim Suspenso” (2015). Yves Mirande

INFORMATIONS PRATIQUES

Dates
Du 07/03/2016 16:55 au 08/03/2016 10:19
Lieu :
6 Rue Notre Dame de Nazareth, 75003 Paris, France

Vidéo “Adobe”, Alexandre Brandao à la MDM Gallery © Grégory Copitet
Installation “Adobe”, Alexandre Brandao à la MDM Gallery © Grégory Copitet
Installation “Ecliptica”, Alexandre Brandao à la MDM Gallery © Grégory Copitet
Série de photographies “Jardim Suspenso”, Alexandre Brandao à la MDM Gallery
Installation “Mêmore”, Alexandre Brandao à la MDM Gallery © Grégory Copitet
Continuer
Drôles de trames au Fresnoy
04/03/2016
Drôles de trames au Fresnoy

Le Fresnoy met en perspective les supports artistiques traditionnels et les technologies contemporaines dans l’exposition “Drôles de Trames”.

Le Fresnoy – Studio national des arts contemporains, met en perspective les supports artistiques traditionnels et les technologies contemporaines dans l’exposition “Drôles de Trames”. Ici, la “trame” renvoie avant tout au textile, dont l’industrie a marqué l’identité de la région Nord-Pas de Calais, mais aussi au motif graphique qui a su inspirer de nombreux créateurs. Ce prétexte permet de confronter onze artistes aux pratiques et d’époque différentes : Thomas Bayrle, Blanca Casas Brullet, Sidival Fila, Dan Flavin, Sheila Hicks, Ryoichi Kurokawa, Sol LeWitt, Jean-Michel Meurice, François Morellet, François Rouan et Pablo Valbuena. Pour l’occasion, le Frac Picardie a restitué exceptionnellement une œuvre murale de Sol LeWitt, faite d’un treillis infini de lignes. L’artiste Blanca Casas Brullet envisage la trame comme un motif d’une grande fragilité à travers une série de dessins au crayon gras sur papier chiffron. Sheila Hicks illustre le rapport entre tissage et art contemporain avec une oeuvre faite d’un jeu de chaîne et trame surdimensionné.  

INFORMATIONS PRATIQUES

Dates
Du 03/03/2016 10:32 au 03/03/2016 14:04
Lieu :
22 Rue du Fresnoy, 59200 Tourcoing, France

“Evenements”, Blanca Casas Brullet © Blanca Casas Brullet
“Scénario”, Blanca Casas Brullet © Blanca Casas Brullet
“Porta Pascuale I”, François Rouan © François Rouan – Atelier Laversine
“Anarchy in Construction (graue Version)”, Thomas Bayrle © Wolfgang Günzel
Continuer