Quiz 2, sur une idée de Robert Stadler
04/03/2016
Quiz 2, sur une idée de Robert Stadler

Avec Quiz 2, Robert Stadler prolonge sa réflexion sur la “choséité des choses” pour le Mudam au Luxembourg, et s’associe à nouveau à Alexis Vaillant.

Art ou design ? Après un premier Quiz à la Galerie Poirel à Nancy en 2014, Robert Stadler prolonge sa réflexion pour le Mudam au Luxembourg, et s’associe à Alexis Vaillant, commissaire d’expositions au CAPC de Bordeaux de 2009 à 2016. Certaines des premières pièces dévoilées à Nancy sont à nouveau exposées et servent de point de départ pour réunir des œuvres ambivalentes, hybrides. Ni sculpture, ni produit, ni meuble. La fonction des objets, si elle existe, n’est pas compréhensible par la forme, et les pièces exposées adoptent un caractère inquiétant par l’incertitude de leur propos. Les “choses” de cinquante artistes/designers sont présentées, dont Tomas Alonso, Aldo Bakker, Erwan & Ronan Bouroullec, Pierre Charpin, Naoto Fukasawa, Konstantin Grcic, Zaha Hadid, Mathieu Lehanneur, Ross Lovegrove, Enzo Mari, Normal Studio, Gio Ponti, Ettore Sottsass, Philippe Starck, Marcel Wanders et Robert Stadler. La scénographie des 61 objets sur fond bleu, atténuant l’ombre des objets et accentuant leur neutralité, a été réalisée par le Studio Robert Stadler. À l’occasion de l’exposition, l’ouvrage On Things as Ideas regroupe une trentaine de textes écrits entre 1790 et aujourd’hui autour de la notion de “choséité de la chose”. Sur ces pièces difficiles à nommer, à décrire ou à comparer, c’est le potentiel des choses et de leur forme qui est mis en valeur.  

INFORMATIONS PRATIQUES

Dates
Du 04/03/2016 13:50 au 04/03/2016 14:13
Lieu :
3 Park Drai Eechelen, 1499 Luxembourg, Luxembourg

Aldo Bakker, “Tonus” © Erik et Petra Hesmerg
Donald Judd, “Chaise Corner Chair (Chaise d’angle)” © Bruno Scotti
Thomas Grünfeld, “HdL (blue)” © Thomas Grünfeld et galerie Jousse Entreprise
Konstantin Grcic, “Diana E”
Scénographie de l’exposition “Quiz 2, sur une idée de Robert Stadler” © Eric Chenal
Robert Stadler, “Pools & Pouf!” © Carpenters Workshop Gallery
Continuer
Les carapaces de Baas
03/03/2016
Les carapaces de Baas

Le designer Maarten Baas inaugure cette semaine son tout premier solo show à New York City dans la nouvelle Carpenters Gallery.

Le designer Maarten Baas – qui s’est fait connaître en 2002 avec la série de meubles “Smoke” exposée en 2004 chez le galeriste new-yorkais Murray Moss, et édité depuis par Moooi – inaugure cette semaine sa première exposition à New York dans la nouvelle Carpenters Gallery. Baptisée Carapace, elle marque une étape importante dans la carrière du designer néerlandais, qui dévoile un tout nouveau corpus de pièces créées en série limitée. “Carapace, c’est l’idée du bouclier d’un scarabée. L’idée d’une protection dure pour un corps “tendre”. C’est cette notion qui a inspiré ces pièces. Très souvent, je pense qu’il est important d’avoir une enveloppe protectrice sous laquelle quelque chose de bon et fructueux peut fleurir. Tout ce qui a besoin de croître et de se développer est vulnérable. Cela devient beau à protéger. Carapace reflète cette idée, en proposant ces objets – patchworks de bronze – à l’aspect rugueux à l’extérieur, où votre trésor peut se cacher” explique Maarten Baas. Yves Mirande

INFORMATIONS PRATIQUES

Dates
Du 02/03/2016 16:26 au 07/03/2016 16:21
Lieu :
USA, 693 5th Ave, New York, NY 10022, États-Unis

“Carapace armchair”, design Maarten Baas à la Carpenters Workshop Gallery à New York
Un détail du “Carapace cupboard”, design Maarten Baas à la Carpenters Workshop Gallery à New York
“Carapace cupboard”, design Maarten Baas à la Carpenters Workshop Gallery à New York
“Carapace cupboard” et “Carapace armchair”, design Maarten Baas à la Carpenters Workshop Gallery à New York
“Carapace small cabinet”, design Maarten Baas à la Carpenters Workshop Gallery à New York
“Carapace desk”, design Maarten Baas à la Carpenters Workshop Gallery à New York
Continuer
Sous les vagues de Tadashi Kawamata
02/03/2016
Sous les vagues de Tadashi Kawamata

En parallèle de l’exposition “Sublime. Les tremblements” au Centre Pompidou Metz, Tadashi Kawamata a installé son œuvre monumentale “Under the Water”.

En parallèle de l’exposition “Sublime. Les tremblements” au Centre Pompidou Metz, regroupant des œuvres depuis les années 1960 liées aux phénomènes naturels et environnementaux avec une conscience des problématiques écologiques, Tadashi Kawamata a installé son œuvre monumentale “Under the Water” à l’échelle de la galerie 2. Après une première installation en 2011 à la galerie Kamel Mennour, “Under the Water” immerge le visiteurs sous une nappe gigantesque de débris de bois : portes, fenêtres, chaises, fauteuils… comme charriés par la mer. Tadashi Kawamata a conçu cette installation suite au séisme et au tsunami qui ont durement affecté le Japon en mars 2011. 20 000 Japonais ont disparu durant la catastrophe, des tonnes de débris et de pièces pour l’habitat ont traversé le Pacifique. Le point de vue de l’installation est celui des victimes, immergées sous les eaux et les décombres. Inspiré par le “Musée des catastrophes” de Paul Virilio, l’artiste japonais collecte depuis des images de catastrophes, de désastres. Une base de données de tout ce qui s’effondre, s’accumule, déborde pour créer “des formes hors de contrôle”. En préambule de l’installation “Under the Water”, une “Wave” composée des mêmes matériaux de récupération se dresse verticalement face au visiteur. Cette exposition a été réalisée avec la collaboration de la Communauté Emmaüs de Peltre, le service de ramassage des encombrants Haganis et la société de recyclage Veolia.  

INFORMATIONS PRATIQUES

Dates
Du 02/03/2016 16:01 au 04/03/2016 14:17
Lieu :
1 Parvis des Droits de l’Homme, 57020 Metz, France

L’installation “Wave” de Tadashi Kawamata au Centre Pompidou Metz
L’installation “Wave” de Tadashi Kawamata au Centre Pompidou Metz
L’installation “Under the Water” de Tadashi Kawamata au Centre Pompidou Metz
Continuer
“Landskating” à la Villa Noailles
29/02/2016
“Landskating” à la Villa Noailles

La Villa Noailles, à Hyères, présente neufs projets de skateparks à Paris, Tokyo, Barcelone, Bruxelles… et une trentaine de skateparks français, photographiés par Olivier Amsellem,

La Villa Noailles, à Hyères, présente neuf projets de skateparks à Paris, Tokyo, Barcelone, Bruxelles… et une trentaine de skateparks français, photographiés par Olivier Amsellem, Maxime Delvaux, Stéphane Ruchaud et Cyrille Weiner. Rampes, garde-corps, bancs, pipelines ou escaliers, une infinité d’espaces sont construits et pensés pour la pratique du skateboard ou détournés de leur programme initial. En observant la ville et ses interstices comme de véritables terrains de jeux, le skateur propose une autre manière de pratiquer l’urbain. Depuis les premiers terrassements des écoles californiennes, perchées sur les collines d’Hollywood, et les piscines évidées, jusqu’aux projets à grande échelle, l’émancipation des lieux par une communauté se fait voir et entendre.  

INFORMATIONS PRATIQUES

Dates
Du 23/02/2016 10:46 au 01/03/2016 11:22
Lieu :
Parc Saint Bernard, 83400 Hyères, France

New York (circa 1980) © Jessica Bard
New York (circa 1980) © Jessica Bard
New York (circa 1980) © Jessica Bard
Skatepark rue Léon Cladel, Paris, Agence Constructo & Raphaël Zarka, 2012 © Stéphane Ruchaud
Skatepark, Courbevoie, commande photographique de la villa Noailles © Stéphane Ruchaud
Skatepark, Magny-les-Hameaux, commande photographique de la villa Noailles © Stéphane Ruchaud
Les Ursulines, Bruxelles, Agence L’Escaut, 2003-2006 © Maxime Delvaux
Continuer
Naoto Fukasawa présente “Zakka”, des objets du quotidien japonais
26/02/2016
Naoto Fukasawa présente “Zakka”, des objets du quotidien japonais

Organisée par la Fondation Issey Miyake, cette exposition réalisée par le designer japonais Naoto Fukasawa, au 21_21, à Tokyo, se penche sur les objets du quotidien au Japon.

Organisée par la Fondation Issey Miyake, cette exposition réalisée par le designer japonais Naoto Fukasawa, à Tokyo, au 21_21 Design Sight, construit par l’architecte Tadao Ando (lauréat du Pritzker en 1995), se penche sur les objets du quotidien au Japon. En japonais, le mot « zakka » signifie biens de consommation divers. Il y a une cinquantaine d’années, ce terme faisait référence à des objets du quotidien comme des balais, des seaux, des bouilloires et autres objets nécessaires à l’entretien de la maison. Aujourd’hui, dans les « zakkaya », les boutiques qui vendent ces articles divers, on peut aussi trouver de la vaisselle, des brosses, des tabourets, et parfois même des produits alimentaires et cosmétiques.  

INFORMATIONS PRATIQUES

Dates
Du 17/02/2016 13:44 au 02/03/2016 17:01
Lieu :
Japon, 〒107-6290 Tokyo, Minato 赤坂9-7-6 東京ミッドタウン・ガーデン内

“ZAKKA OBJECTS & DRAWINGS”. “BOMBAS”, Philippe Weisbecker © 21_21
Naoto Fukasawa au marché Gwangjang, à Seoul, en Corée du Sud © 21_21
Continuer
La face sombre de Marcel Wanders
25/02/2016
La face sombre de Marcel Wanders

Le designer néerlandais Marcel Wanders présente de nouvelles créations dans l’exposition “Portraits”, à la galerie Friedman Benda, à New York. Diplômé en 1988 de la Arhnem Academy…

Le designer néerlandais Marcel Wanders présente de nouvelles créations dans l’exposition “Portraits”, à la galerie Friedman Benda, à New York. Diplômé en 1988 de la Arhnem Academy, il a ouvert son propre studio à Amsterdam en 1995 et créé en 1996 la chaise qui l’a lancé internationalement : l’iconique Knotted Chair. Designer prolifique, il travaille entre autres pour Alessi, Bisazza, Flos, KLM, Swarovski et Puma. En 2001, il a créé la marque Moooi (joli, en néerlandais). Son travail est reconnu pour être ludique, empli de joie et d’optimisme. Sa première exposition chez Friedman Benda surprend. Il y montre une autre facette de sa personnalité. « Mon travail en design a toujours été synonyme de positivité, de respect, d’amour et de confiance. Pour autant, cette production ne me représente pas totalement en tant que personne. Pour moi, il est également capital de produire un travail qui explore une sensibilité différente et aborde d’autres aspects de ma vie et de mon caractère, autrement cela serait incomplet », explique-t-il. Le designer montre ainsi “Dysmorphophobia” 1, 2 et 3, de grands miroirs sur lesquels il crée l’illusion d’une figure fantomatique. “Self 2” est un cabinet en métal et pièces cinétiques, dont la forme ovoïde sur le dessus rappelle une tête humaine ; “Tempter” une licorne à bascule surdimensionnée en bronze avec des étriers en chaîne de métal ; “Shiqule Nuhai”, deux vases monumentaux en céramique, en référence à la faïence de Delft dont le bleu a été remplacé par du noir profond. Ce travail de galerie assez inattendu pour Marcel Wanders permet de mieux appréhender la question de la complétude et de la « non linéarité ». Il fait ici voler en éclats l’image qui l’a rendu célèbre. Travail de recherche ? Travail à mi-chemin entre art et design ? Il dévoile une part plus intime, plus sombre, mais capitale dans l’idée d’entièreté de l’être. Et donc de plénitude. Pas étonnant que l’exposition s’intitule “Portraits”.


Yves Mirande

INFORMATIONS PRATIQUES

Dates
Du 23/02/2016 14:42 au 25/02/2016 09:39
Lieu :
515 W 26th St, New York, NY 10001-5530, États-Unis

Phoebe 3, 2013. Steel construction, Spinnaker cloth, nylon, LED lights © Friedman Benda et Marcel Wanders
Shiqule Nuhai, 2016. Ceramic, glaze © Friedman Benda et Marcel Wanders
Tempter, 2016. Bronze, rubber © Friedman Benda et Marcel Wanders
Continuer
“All Over” à la Galerie des Galeries
23/02/2016
“All Over” à la Galerie des Galeries

INFORMATIONS PRATIQUES

Dates
Du 23/02/2016 10:24 au 23/02/2016 10:54
Lieu :
1er étage, Galeries Lafayette Haussmann, 40 Boulevard Haussmann, 75009 Paris, France

Philippe Decrauzat, “Slow Motion”, 2015
Sylvie Fleury, “Free Buren”, 2012
Vue de l’exposition “All Over” à la Galerie des Galeries © Thilbaut Voisin
Continuer
“Thingness” : rétrospective Jasper Morrison au Museum für Gestaltung
22/02/2016
“Thingness” : rétrospective Jasper Morrison au Museum für Gestaltung

Le Museum für Gestaltung présente une grande rétrospective consacrée au designer britannique Jasper Morrison. A travers une sélection de meubles, d’ustensiles de cuisine…

Le Museum für Gestaltung, à Zurich, présente une grande rétrospective consacrée au designer britannique Jasper Morrison. A travers une sélection de meubles, d’ustensiles de cuisine et d’appareils électroménagers, accompagnés de documents d’archives présentés dans une installation spécialement conçue pour l’exposition, elle réunit les moments clés de ses 35 ans de carrière. Jasper Morrison a fondé son studio à Londres en 1986 et également ouvert des bureaux à Paris et Tokyo. Il a travaillé avec des éditeurs européens (Cappellini, Alessi, Flos, Magis, Vitra), des marques japonaises comme Muji et des entreprises high-tech telles que Samsung et Sony.  

INFORMATIONS PRATIQUES

Dates
Du 19/02/2016 17:27 au 23/02/2016 17:08
Lieu :
Toni-Areal, Pfingstweidstrasse 96, CH-8005 Zürich, Suisse

Jasper Morrison
Continuer
Prix Liliane Bettencourt pour l’Intelligence de la Main 2016
19/02/2016
Prix Liliane Bettencourt pour l’Intelligence de la Main 2016

Depuis 1999, la Fondation Bettencourt Schueller œuvre en faveur des métiers d’art grâce au prix Liliane Bettencourt pour l’intelligence de la Main, qui récompense l’excellence.

Depuis 1999, la Fondation Bettencourt Schueller œuvre en faveur des métiers d’art grâce au prix Liliane Bettencourt pour l’intelligence de la main, qui récompense l’excellence des métiers d’art français et promeut les savoir-faire, la créativité et l’innovation. Les candidats doivent être des professionnels des métiers d’art ou de la création (designers, artistes, artisans d’art…). Le métier sous lequel ils concourent doit être leur activité principale. L’œuvre qu’ils présentent doit dater de moins de trois ans et être achevée à la date de clôture des candidatures, le 6 avril 2016. Elle ne doit avoir été primée dans aucun autre concours. Le Prix Liliane Bettencourt pour l’intelligence de la main est constitué de trois récompenses : Talents d’Exception (pour une œuvre alliant qualité esthétique et maîtrise des techniques et savoir-faire d’un ou de plusieurs métiers d’art), Dialogues (collaboration entre un artisan d’art et un créateur) et Parcours (qui met en lumière une personnalité, mais ne fait pas l’objet d’un appel à candidatures public). Chacune est dotée de 50 000 euros et complétée par un accompagnement avec une enveloppe budgétaire dédiée.  

INFORMATIONS PRATIQUES

Dates
Du 19/02/2016 11:15 au 19/02/2016 15:43
Lieu :

Continuer
“De la caricature à l’affiche” aux Arts Décoratifs
19/02/2016
“De la caricature à l’affiche” aux Arts Décoratifs

L’exposition “De la caricature à l’affiche 1850-1918” retrace un moment de l’histoire de l’affiche intimement lié à l’histoire de la presse et aux contextes politiques et économique

Réalisée à partir des collections du musée des Arts Décoratifs, à Paris, l’exposition « De la caricature à l’affiche 1850-1918», scénographiée par Nestor Perkal, retrace un moment de l’histoire de l’affiche intimement lié à l’histoire de la presse et aux contextes politiques et économiques. Elle s’intéresse aux cibles de la caricature, de Louis-Philippe à Charlie Hebdo, à la place de la censure dans le dessin politique, au rôle des revues satiriques (Le Chat noir, Le Rire, L’Assiette au beurre…) et aux relations entre caricature et affiche entre 1850 et 1918, au moment où l’affiche connaît une apogée artistique tout en se professionnalisant. Elle montre le rôle qu’a joué la caricature dans le renouvellement de l’affiche. Parce qu’elle va à l’essentiel et grossit les traits, elle tend vers une simplification graphique qui est aussi le marqueur de l’entrée de l’affiche dans la modernité. Un ouvrage accompagne l’exposition. De la caricature à l’affiche 1850-1918, éditions des Arts Décoratifs, 224 pages, 45 euros.  

INFORMATIONS PRATIQUES

Dates
Du 17/02/2016 15:53 au 19/02/2016 09:49
Lieu :
107 Rue de Rivoli, 75001 Paris, France

Leonetto Cappiello, Remington, 1910
Charlie Hebdo, Luz, Tout est pardonné, 2015
Henri-Gustave Jossot, Sales Gueules, 1896
Eugène Ogé, La Lanterne, 1902
Eugène Ogé, La Lanterne, 1902
Continuer