La Fondazione Achille Castiglioni célèbre le designer milanais

En 2018, le designer italien Achille Castiglioni aurait fêté ses 100 ans. Pour l’occasion, la Fondazione Achille Castiglioni organise jusqu’au 30 Avril 2018 une exposition pour rendre hommage à ce designer du XXe siècle.

100×100 Achille n’est pourtant pas une simple exposition des œuvres du designer. Et non, vous ne trouverez d’ailleurs aucune de ces pièces pour l’occasion. La Fondazione Achille Castiglioni a fait participer 100 artistes et designers, qui ont chacun pu exposer un objet, choisi de manière très personnelle, tel un cadeau pour la mémoire d’Achille.

Fondazione Achille Castiglioni
© Fondazione Achille Castiglioni

On y trouve de tout, et l’ensemble prend vite une allure de cabinets de curiosité. Tous ces objets, de la vie quotidienne ou non, rassemblés sous vitrine, composent de manière hétéroclite les uns avec les autres. Il ne s’agit pas de créations des contributeurs, mais des objets tels qu’un coupe-papier, un bonnet de berger, une paire de gants de jardinage, un cintre, un moule à gâteau, une agrafeuse…

Chiara Alessi et Domitilla Dardi sont au commande de cette exposition, et la scénographe a été réalisée par Calvi Brambilla. Les objets voyageront en Italie et à l’étranger, avant d’être compilés dans un catalogue, édité par Corraini. Jusqu’au 30 avril 2018, la collection d’objets divers et variés rassemblés par ces 100 personnalités sera visible à la Fondation Achile Castiglioni, Piazza Castello 27 à Milan.

fondazione-achille-castiglioni-designer-celebre-italien
© Fondazione Achille Castiglioni

Achille Castiglioni étudie l’architecture à l’école polytechnique de Milan. Une fois diplômé, il travaille dans le cabinet de ses frères, Livio et Pier. Face au manque de commandes architecturales, les jeunes confrères s’orientent petit à petit vers la création de pièces de design. Achille aime également se consacrer à l’enseignement, notamment à l’école polytechnique de Turin et de Milan. Les frères Castiglioni aimaient travailler de manière fonctionnelle, leur devise pouvant se rapprocher du Less is more de Luis Mies van der Rohe. Ils étudiaient de manière objective les fonctions de l’objet à dessiner, avant de le concevoir avec le moins de matière possible. Leur travail s’orientait également vers le Ready-made : ils créaient de nouveaux objets en détournant, de manière parfois surprenante, d’autres objets aux usages totalement différents.

Parmi ces créations, on compte la Chaise Lierna, le Tabouret Mezzadro, la Lampe Arco et le Cendrier Spirale, ou encore le luminaire Parentesi, récompensé du Prix Compasso d’Oro en 1979.

Lire également le portrait d’Achille Castiglioni réalisé en avril 1989 par Sophie Anargyros en cliquant ici.