Sortie du numéro #185 – Best of Design
08/07/2016
Sortie du numéro #185 – Best of Design

Cette année notre numéro Juillet-Août est un spécial Best of design. Nos rencontres avec les designers et notre présence sur les événements dédiés au design nous ont permis de sélectionner les personnalités de l’année 2016. 60 designers qui ont fait l’actualité pendant le salon de Milan et sur la scène internationale. Ce parti pris éclairé est un indicateur des designers émergents et confirmés. Leur collaboration avec des entreprises exigentes et responsables installent des collections sur la durée. Au moment où la multiplicité d’événements agite des promesses non tenues et des produits dont le sens s’éloigne de l’usage et du service, nous rassemblons dans cet ouvrage 500 références légitimes et disponibles sur le marché. Répertoriées par typologie dans le domaine du mobilier et du luminaire, ce choix de la rédaction offre une expertise au service de nos lecteurs, prescripteurs, architectes, et auprès d’un public passionné et éclairé.

Acheter Intramuros n°185

INFORMATIONS PRATIQUES

Dates
Du 08/07/2016 14:15 au 12/07/2016 09:12

Continuer
Quatre coffrets de montres de luxe primés au concours Gainerie 91
08/07/2016
Quatre coffrets de montres de luxe primés au concours Gainerie 91

Le 27 juin, le groupe Gainerie 91, entouré du jury du Concours Design 2016, organisé sur le thème du coffret de montres de luxe, a décerné quatre prix. Le premier prix a été décerné à Fabien Cadamuro, de l’ESAD d’Orléans, pour le coffret “Garde-Temps”, s’ouvrant grâce à un code activé par la rotation de trois molettes (24 chiffres pour les heures et 60 pour les heures et les minutes). William Simonnet, de Lim’Art Paris (L’Institut des métiers d’arts appliqués), a reçu le deuxième prix pour son coffret en cuir, inspiré d’un œuf Fabergé, réalisé avec une imprimante 3D. Maxime Patrac, du Lycée Edgar Faure de Morteau, a obtenu le troisième prix pour son coffret aux couleurs de la maison Hermès. Une mention Spéciale a été attribuée à Antoine Leveque (lycée Edgar Faure de Morteau) pour son projet à la technologie très pointue, destiné à un type spécifique de montres. Les projets des lauréats seront produits par Gainerie 91 et proposés aux maison d’horlogerie de luxe.  

INFORMATIONS PRATIQUES

Dates
Du 08/07/2016 15:24 au 11/07/2016 09:25

Continuer
Remise de prix pour le festival Design Parade
07/07/2016
Remise de prix pour le festival Design Parade

Ce week-end se tenait la remise des prix de la 11e Design Parade. Pour sa première édition, la Design Parade Toulon confrontait dix architectes d’intérieur et designers qui travaillaient sur l’espace intérieur d’un hôtel particulier. Le grand Prix du Jury Van Cleef & Arpels, présidé par India Mahdavi, a été attribué au Studio Quetzal, qui s’est inspiré de l’univers des bateaux et de leur structure en bois pour composer un espace de création et de lecture. Un plafond blanc et un sol bleu inversent les sens et des miroirs muraux rappellent le scintillement du soleil sur l’eau. Marine Gargon a conçu un espace jouant avec la lumière et un mobilier épuré. Elle reçoit le prix spécial du jury. Rikkert Paauw, autodidacte hollandais, a proposé un intérieur uniquement composé à partir de matériaux de récupération. Sa démarche écologique lui a valu une Mention Spéciale du jury. Une seconde Mention Spéciale a été attribuée à Antoine Grulier et Thomas Defour, pour leur salle de bain tout en céramique bleue, qui perturbe, par un mobilier hors-norme, les usages et actions quotidiennes. Ils reçoivent également le Prix du public. A Hyères, les dix designers en compétition ont exposé leurs travaux à la Villa Noailles et le jury, présidé par Max Lamb, a remis le Grand Prix du Jury à Pernelle Poyet qui proposait du mobilier inspiré de ses travaux en typographie. Le prix spécial du jury revient à Thélonious Goupil. “Seaside bench” a été pensé dans son contexte particulier de bord de mer et permet aux passants de profiter d’une agréable vue.  

INFORMATIONS PRATIQUES

Dates
Du 07/07/2016 07:59 au 08/07/2016 08:51

L’Arep Design Lab ouvre les horizons de la SNCF
06/07/2016
L’Arep Design Lab ouvre les horizons de la SNCF

Ouvrir les horizons, croiser les idées, c’est la mission que s’est donné l’Arep Design Lab, nouvelle entité de SNCF Gares et Connexions et de sa filiale Arep. L’Arep Design Lab s’est octroyé un lieu : le rez-de-chaussée de l’agence installée dans les anciens bâtiments du constructeur automobile Panhard Levassor, plus précisément dans les anciens “Ateliers des Expérimentations”, un Design Lab avant l’heure. Fab lab, mathériauthèque, médiathèque, espaces d’échange, plateaux de travail… Il s’y organise des rendez-vous participatifs entre experts et des partenariats entre designers, graphistes, architectes, chercheurs et ingénieurs. “La première gare a été conçue en 1837, à l’époque des machines à vapeur ; les exigences thermiques depuis ont changé. Le smartphone a changé la perception de l’espace, les modes de voyager ont changé. Aujourd’hui gérer les flux des 10 millions de voyageurs quotidiens est un véritable challenge. Il ne s’agit pas simplement de gérer des masses mais les individus qui constituent ces masses”.  À la tête du Design Lab, Etienne Tricaud et Isabelle Le Saux ont initié les 650 collaborateurs de l’Arep au design thinking à l’anglaise. Transformer, rénover, développer, les enjeux sont sur des délais à la fois ultra courts et à très long terme. Il s’agit de préparer les gares de demain. Les métiers de l’aménagement de l’espace de l’Arep doivent s’enrichir du design thinking à l’anglaise, de multiples partenariats – avec des sociologues, psychologues, ergonomes – pour réfléchir à l’aménagement de l’espace. Une équipe de designers, ingénieurs, graphistes sont invités à croiser leur approche sur un principe d’ouverture et de collaboration, en prise avec l’époque et l’environnement. Le confort en gare fait remonter les problématiques de la lumière, des textures, de la température et du confort ressentis. Les parcours en gare s’interrogent sur comment dimensionner les espaces. Des partenariats ont été engagés avec les écoles : Camondo sur la gare Saint Lazare, l’Ensci sur les thèmes “gare virtuelle”, “train du futur” ou “confort global du voyageur”, l’Esadse sur la réhabilitation de la gare Carnot et la création de la troisième ligne de tramway de Saint-Etienne. Parce que l’espace choisi n’a rien à voir avec l’espace imposé. Les start ups ne sont pas en reste : la start up Affluences et ses beacons ont été appelés à la rescousse pour mesurer les temps d’attente dans les queues et les parcours des voyageurs. Une contribution au pôle Flux et Mobilité de l’Arep pour qui les little data ont leur importance.


Bénédicte Duhalde

INFORMATIONS PRATIQUES

Dates
Du 06/07/2016 13:49 au 06/07/2016 14:03

Continuer
Orange donne la main aux designers
29/06/2016
Orange donne la main aux designers

C’est l’Ecole de Condé Bordeaux qui sort vainqueur du concours de design Orange, intitulé cette année, “Orange vous donne la main”. Pour cette 5ème édition, le concours a reçu les participations de 110 jeunes designers interrogés sur la relation client du futur, auteurs de 43 projets, appuyés par une video d’une minute. Le jury présidé par Matali Crasset a choisi d’accorder trois prix : Vision, Concrétisation, Design pour tous, chacun doté de 7000 euros. Le Prix Vision a été remis à Robin Diana et Alban Maitenaz de l’école de Condé Bordeaux (anciennement Créasud) pour leur projet “Up to You” qui reconnaît les usages multi-services et multi-opérateurs. “Up to you” propose au client Orange de personnaliser son espace client avec un portail virtuel qui réunirait l’ensemble des entreprises privées et publiques pour organiser sa propre interface ludique, intuitive et évolutive. Le Prix Concrétisation remis à Vladimir de Lantivy et Paul Marchesseau a récompensé le projet “Argile” qui soutient l’échange d’idées grâce à un réseau de contributeurs rapprochés. Le Prix Design pour tous revient à deux équipes ex æquo : Thomas Boulongne et Léo Ternoir, et Célia Lopez et Lai Xing, tous des Gobelins, l’école de l’image, pour leur projet “Orange Social Customer”. Communauté de proximité, plateforme d’entraide, conseiller personnel à portée de main… la solution de la relation client est sans hésitation dans l’humain, celui qui se cache derrière la technologie.  

INFORMATIONS PRATIQUES

Dates
Du 28/06/2016 15:21 au 29/06/2016 16:36

Richard Sapper, un design exemplaire
27/06/2016
Richard Sapper, un design exemplaire

Une monographie sur le designer industriel allemand Richard Sapper (1932-2015) est à paraître chez Phaïdon le 27 juin 2016. Dirigé par Jonathan Olivares (fondateur de l’agence Jonathan Olivares Design Research, Los Angeles), l’ouvrage retrace soixante années de carrière au gré de documents d’archives personnels et de photographies inédites spécialement commandées à Ramak Fazel. Le texte, issu de plus de quarante heures d’entretien entre Sapper et Olivares, révèle les histoires clefs et les inspirations majeures se cachant derrière les créations les plus célèbres du designer telle que la lampe Tizio pour Artemide ou l’IBM Think Pad. “Richard Sapper edited by Jonathan Olivares” permet ainsi de combler un vide bibliographique concernant un grand maestro du design récemment disparu. “Richard Sapper” de  Jonathan Olivares, Phaïdon, 240 pages, 79.95 euros, anglais. Cléa Daridan

INFORMATIONS PRATIQUES

Dates
Du 27/06/2016 11:34 au 29/06/2016 07:44

Continuer
Les résultats du Rado Star Prize
23/06/2016
Les résultats du Rado Star Prize

Depuis 2012, en partenariat avec Maison & Objet, le Rado Star Prize récompense de jeunes designers en les exposant sur “Now ! Le Off” aux Docks-Cité de la Mode et du design du 3 au 10 septembre 2016, dans le cadre de la Paris Design Week. La marque horlogère suisse reconnue pour son implication dans le design soutient avec cette initiative la valorisation d’une nouvelle génération. Visionnaire et innovante, la marque offre aux jeunes designers une plateforme sur la scène des évènements internationaux en Autriche, France, Suisse, aux Etats-Unis, à Taïwan et en Italie. C’est Jules Levasseur qui avait remporté le prix l’année 2015, grâce à son “Projet S”, en tôle ondulée. Ces objets de grande dimension démontrent les qualités mécaniques, plastiques et rythmiques du matériau, tout en attestant du savoir-faire de l’entreprise Petrus. Cette année, le jury se composait de Chantal Hamaide, rédactrice en chef et directrice du magazine Intramuros ; Eugeni Quitllet, designer catalan ; Françoise Seince, historienne de l’art et rédactrice en chef du magazine Métiers d’Art ; Philippe Brocart, directeur général et membre du directoire de la SAFI ; et Christian Verdon, responsable de la R&D chez Rado. Après une minutieuse étude des candidatures, la gagnante de l’édition 2016 est Elodie Rampazzo, designer de 22 ans étudiante à l’Ecole Bleue. Son projet “Nomade”, repense la console/bureau en proposant un principe modulable et personnalisable, qui s’adapte selon les goûts et besoins de l’utilisateur. Cet objet en chêne et métal a séduit le jury par la pureté de ses formes et le respect des matériaux. La tôle pliée, agrémentée d’une découpe au laser d’une trame, fait référence à un chevalet. Elle devient un objet multiple, bureau, porte-revue et même vanity-case. Dix participants ont été sélectionnés dans les Prix du Public et seront présentés à “Now ! Le Off”. On retrouvera par exemple le projet de Ricardo Randi, qui propose “Wood & Plastic Cutlery”, un ensemble de couverts créés à partir d’un plastique innovant, composé de sucre et de la chaîne de production des déchets, 100% biodégradable et “ecofriendly”. Rencontre aussi avec Claudio Gatto, créateur de la “Bolla Outdoor Lamp”, petit luminaire portable mais puissant, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur.  

INFORMATIONS PRATIQUES

Dates
Du 22/06/2016 09:28 au 23/06/2016 08:53

Les Talents à la Carte exposés sur Maison&Objet
22/06/2016
Les Talents à la Carte exposés sur Maison&Objet

Du 2 au 6 septembre, le salon Maison&Objet offrira à six jeunes créateurs français une visibilité au sein d’un espace qui leur sera entièrement dédié, dans le Hall 7. Cette sélection s’est faite au sein des Ateliers de Paris, afin de célébrer leurs dix ans d’existence. Anciens et actuels résidents, ces six signatures illustrent des initiatives créatrices particulièrement prometteuses, en attestant que “Paris ose le défi de la création”, selon Anne Hidalgo. On y retrouvera le studio AC/AL, fondé à Paris en 2013 par Amandine Chhor et Aïssa Logerot. Diplômés de l’ENSCI les Ateliers, la collaboration des deux designers est reconnue et récompensée en 2012 avec le Prix du Public au concours Cinna Jeunes Créateurs, pour le projet “Lun-R” – catégorie luminaire. A travers diverses collaborations entre industrie et artisanat, la complémentarité de leur travail leur permet de concevoir des objets entre fonctionnalité, technique et forme. La nouvelle collection de Charlotte Juillard sera présente sur le salon : “Lavastone” met en valeur la roche lavique extraite des carrières situées dans la région de Naples. Sa démarche : associer un produit brut à un dessin et une sensibilité féminine. Charlotte Juillard fonde son propre studio en 2014, allant du design d’objet à la scénographie. Elle travaille notamment pour de nombreux clients tels que Monoprix ou Ligne Roset, pour qui elle signe le bureau “Brina” présenté en 2015 ainsi que de nouvelles pièces à découvrir sur le salon Maison &Objet Paris Septembre 2016. Pierre Charrié s’intéresse quant à lui à la dimension sensorielle des objets du quotidien, qu’il allie aux technologies et usages émergents. Il devient Lauréat du prix du Design argent de Futur en Seine en 2014, avec sa lampe “Aérobie”, qui sera intégrée à la collection permanente du CNAP en 2015. Avec la galerie MICA, il présentera au salon Maison&Objet des objets alliant design et originalité, comme par exemple les tables “Campanes” ou les sculptures domestiques “Pénates”. Manon Leblanc et Romain Diroux fondent en 2012 le Studio Monsieur, à la suite de leur rencontre aux Arts Décoratifs de Strasbourg. Récompensés du Grand Prix de la création de la ville de Paris en 2015, le Studio Monsieur prend part à des projets de design d’objets, de mobilier et de luminaires, des scénographies d’expositions et de concerts. Ils portent une attention particulière à la mise en lumière des savoir-faire artisanaux et industriels, en s’inspirant des processus de fabrication, de l’univers de l’outil ainsi que des gestes qui les accompagnent. La complémentarité est le ciment du duo Désormeaux/Carette. Le savoir-faire industriel de Nathanaël Désormeaux s’allie à l’approche artistique de Damien Carette. L’association du dessin et de la technologie, assurée par une viabilité industrielle de leur projet donne un résultat sensible et personnel. On peut citer la lampe “Dita”, directement inspiré de la mode, en 2014. Enfin, Julien Vermeulen exposera deux tableaux, autour d’une réflexion sur le médium plume. Doté d’une formation en plumasserie, il collabore depuis avec des grands noms de la haute couture depuis 2014. Son intérêt particulier pour la matière lui permet de réaliser une armure de samouraï nommée “Bado Senshi”, grâce à laquelle, il est désigné lauréat 2015 du Grand Prix de la Création de la Ville de Paris, dans la catégorie métiers d’art débutant.  

INFORMATIONS PRATIQUES

Dates
Du 22/06/2016 08:27 au 23/06/2016 11:11

Rehberger-Weg : 24 œuvres dans la nature
21/06/2016
Rehberger-Weg : 24 œuvres dans la nature

S’imaginer marcher tranquillement à travers champs, et au milieu des herbes folles se balançant au gré du vent… des œuvres d’art. Le Rehberger-Weg, (le chemin de Rehberger), de villages en villages, invite à traverser la frontière entre la Suisse et l’Allemagne. C’est le pari un peu fou de l’artiste allemand Tobias Rehberger (lauréat du Lion d’Or de la Biennale de Venise) qui a été dévoilé en avant première le dimanche 12 juin, juste avant la folle semaine de l’Art Basel Fair, la foire d’art contemporain de Bâle. Le parcours, d’environ cinq kilomètres, tisse un lien, un pont, entre deux pays, deux communes, deux établissements culturels et relate d’innombrables histoires. Le Rehberger-Weg, se déroule entre l’idyllique Barower Park sur lequel se situe la Fondation Beyeler à Riehen et le Campus Vitra à Weil-am-Rhein et longe l’étonnant Naturbad (un complexe de piscines naturelles d’eau filtrée par les plantes) conçu par les architectes Herzog & de Meuron. Les 24 œuvres, spécifiquement créées pour chaque station du parcours, arrêtent le visiteur, le font rêver, sourire et même rire. Des œuvres ludiques et colorées dans lesquelles Rehberger a intégré la notion de fonctionnalité… L’une d’entre elles possède un petit trou et permet à de petits oiseaux de nicher, telle autre permet de prendre de la hauteur pour regarder le paysage. Cette idée de chemin transfrontalier a été lancée dans le cadre de l’IBA Basel 2020 : “La démarche de l’IBA Basel est un processus de labellisation qui s’attache à promouvoir le développement collectif et le rayonnement de la région par la réalisation de projets exceptionnels et remarquables”, précise Rolf Fehlbaum, fondateur de Vitra. Si la marque de mobilier soutient pleinement le projet, Swatch Art porte également et très généreusement, en tant que Presenting Partner, ce projet hyper créatif, en permettant la production des œuvres de Rehberger. La question des liens à re-tisser, des ponts symboliques à re-tendre et par dessus tout, la question de la transversalité, capitale de nos jours, est sous jacente à ce projet unique dont les œuvres sont installées à vie. www.24stops.info


Yves Mirande

INFORMATIONS PRATIQUES

Dates
Du 21/06/2016 14:25 au 21/06/2016 14:43

Continuer
Schaudepot, un nouveau bâtiment sur le campus Vitra
06/06/2016
Schaudepot, un nouveau bâtiment sur le campus Vitra

Le campus à Weil am Rhein, à la frontière suisse allemande, se dote d’un nouveau bâtiment, le Schaudepot, architecture de briques soigneusement cassées, signée des architectes Herzog et De Meuron. En vis à vis de la caserne des pompiers de Zaha Hadid, et à côté du hall de production d’Alvaro Siza. “Ce n’est pas un musée, mais un dépôt”, précise Rolf Fehlbaum, fondateur du Vitra Design Museum en 1989.  Le Vitra Design Museum construit par Frank Gehry poursuit sa mission à raison de deux expositions par an. Le Schaudepot, quant à lui rassemble près de 7000 meubles, un millier de luminaires, les archives et les successions de Charles & Ray Eames, Verner Panton et Alexander Girard. Il expose sur de simples étagères 430 pièces majeures du design contemporain, de 1800 à aujourd’hui, meubles en bois cintré ou en acier courbé, avec des thématiques temporaires à vocation pédagogique comme en ce moment et jusqu’au 17 novembre, le mouvement Radical Design des années 60. Le reste est stocké derrière des parois de verre, dans un vrac ordonné qui a tout d’une caverne d’Ali Baba. A l’heure où Paris envisage de fermer et de délocaliser ses collections, une petite ville à la frontière suisse allemande capitalise sur la collection d’un de ses industriels favoris et ouvre tous les jours de 10h à 18 h pour faire partager l’amour d’un objet auquel tout le monde est sensible : la chaise.


Bénédicte Duhalde

INFORMATIONS PRATIQUES

Dates
Du 06/06/2016 09:32 au 07/06/2016 09:21