La nouvelle collection “Nomades” par Élitis
25/04/2016
La nouvelle collection “Nomades” par Élitis

Élitis, marque de référence dans l’univers de la décoration d’intérieur, édite des textiles d’ameublement et des revêtements muraux innovants et actuels. La collection “Nomades” s’inspire des voyages et des cultures lointaines pour proposer des références nouvelles. Élitis part à la découverte de la Corée pour développer une palette subtile de couleurs et de matières. Créé en 1988 par Patrice Marraud des Grottes, à une époque où la colle coûtait plus cher que le papier peint, Élitis s’est distingué sur le marché par ses lignes structurées à partir de lin, de nacre, de soie, de crin ou galuchat, de toile à beurre, de revêtements muraux aux effets suprenants dans une gamme de couleurs remarquable. Depuis les premières créations, les collections sont en perpétuelle évolution en adéquation avec les innovations et les désirs de chaque époque. Plus d’informations sur www.elitis.fr

INFORMATIONS PRATIQUES

Dates
Du 25/04/2016 10:14 au 25/04/2016 10:20

Continuer
La Vache qui Rit, de l’art en boîte
21/03/2016
La Vache qui Rit, de l’art en boîte

Lab’Bel, le laboratoire artistique du groupe Bel, permet à chacun de s’approprier un moment d’art contemporain avec les boîtes collectors de la Vache qui rit.

Depuis deux ans, Lab’Bel, le laboratoire artistique du groupe Bel, permet à chacun de s’approprier un moment d’art contemporain. Après Hans-Peter Feldman, c’est au tour de l’artiste Thomas Bayrle de donner sa version de la boîte et de ses mythiques portions. L’art contemporain s’invite à table et se partage. Grâce à la Vache qui rit et plus exactement à son fonds de dotation artistique Lab’Bel, chacun peut désormais consommer de l’art contemporain par le bais des boîtes collectors créées par des artistes de renom. “À travers ce projet, nous prenons le parti de déclarer de manière soft qu’il n’y a pas à avoir peur de l’art contemporain. Nous l’apportons à table. Surprendre, sensibiliser, éduquer le consommateur à l’art par le biais de l’humour, c’est la mission de ce projet”, explique Laurent Fiévet, le directeur de Lab’Bel. Extrait de la rubrique “Art”, par Yves Mirande, Intramuros n°183, Mars/avril 2016Retrouver la suite de l’article



Yves Mirande

INFORMATIONS PRATIQUES

Dates
Du 21/03/2016 15:15 au 21/03/2016 15:46
Lieu :

Continuer
Décès de Gillis Lundgren, designer de la bibliothèque Ikea “Billy”
11/03/2016
Décès de Gillis Lundgren, designer de la bibliothèque Ikea “Billy”

Le designer suédois Gillis Lundgren, créateur de la bibliothèque la plus vendue au monde, est mort le 25 février, à l’âge de 86 ans, a annoncé l’entreprise suédoise le 8 mars.

Le designer suédois Gillis Lundgren, créateur de la bibliothèque la plus vendue au monde, est mort le 25 février, à l’âge de 86 ans, a annoncé l’entreprise suédoise le 8 mars. Recruté en 1953 pour diriger la production du catalogue, alors qu’il travaillait dans une agence de publicité à Malmö, il est ensuite devenu le premier directeur du design de la marque, pour laquelle il a continué à travailler en tant que consultant après sa retraite en 2012. Créée en 1979, la bibliothèque Billy s’est vendue à plus de 41 millions d’exemplaires dans le monde. Epurée et intemporelle, elle s’intègre partout grâce à ses différentes hauteurs, largeurs, essences de bois et couleurs. Gillis Lundgren racontait qu’il en avait dessiné les premières esquisses sur une serviette de table en papier. Elle doit son nom à Billy Liljedahl, à l’époque chargé du catalogue Ikea. Le modèle standard (l. 80 x p. 28 x h. 202 cm) est devenu si populaire qu’il a été utilisé, après le Big Mac, comme indice du coût de la vie par l’agence Bloomberg. Son prix varie de 36 euros en Slovaquie à 91 euros en Egypte (39,90 euros en France). Gillis Lundgren est aussi l’instigateur de l’emballage à plat. L’idée lui est venue en remballant des meubles avec le fondateur d’Ikea Ingvar Kamprad, après une séance photo. Il a dévissé les pieds de la table Lövet et les a couchés sous le plateau. A l’occasion des 30 ans de la bibliothèque Billy, en 2009, les éditions Albin Michel ont publié Billy le kit, qui réunit des contributions des designers Matali Crasset et Marc Brétillot. Astrid Avédissian

INFORMATIONS PRATIQUES

Dates
Du 11/03/2016 14:34 au 11/07/2016 08:29
Lieu :

Gillis Lundgren
Continuer
Nendo passe en cuisine pour by/n
19/01/2016
Nendo passe en cuisine pour by/n

Oki Sato, du studio Nendo, a dessiné des assiettes et des bols à poignées “Totte”, qui n’ont rien du mug mais tout d’une esthétique japonaise délicate

Les casseroles et les poêles ont des poignées, mais les assiettes et les bols n’en ont pas. Pourquoi ? s’est demandé le studio de design japonais Nendo. Pour remédier à ce manque, Oki Sato a dessiné des assiettes et des bols à poignées, “Totte” en japonais, qui n’ont rien du mug mais tout d’une esthétique japonaise délicate. La collection “totte plate” pour by/n dessine des lignes douces à pendre aux crochets pour les stocker et à attraper avec sécurité pour les déplacer et servir quand ils sont chauds. Des bols, des assiettes, en trois tailles différentes et en cinq couleurs douces et subtiles. Malheureusement ils ne sont distribués qu’au Japon pour une somme très modique de 972 à 2700 yen (soit de 7 à 20 euros).  

INFORMATIONS PRATIQUES

Dates
Du 19/01/2016 12:16 au 25/01/2016 15:31
Lieu :

Continuer
Le kiosque de Ronan et Erwan Bouroullec pour Emerige
18/01/2016
Le kiosque de Ronan et Erwan Bouroullec pour Emerige

Le jardin des Tuileries accueillait pendant la Fiac le Kiosque, une commande du groupe Emerige et de son pdg Laurent Dumas, à Ronan et Erwan Bouroullec.

Hors les murs de la Fiac, le jardin des Tuileries accueillait le Kiosque, une commande du groupe Emerige et de son pdg Laurent Dumas, à Ronan et Erwan Bouroullec. Promouvoir l’art dans la ville, c’est le but que s’est fixé le Fonds de dotation Emerige qui veille à proposer au grand public des gestes forts. Ce kiosque dessiné pour la commercialisation du quartier des Batignolles où l’artiste allemand Tobias Rehberger a été choisi pour la future station de métro Pont Cardinet en collaboration avec la Ratp et la ville de Paris. Cet espace de vente a été pensé comme un espace autonome démontable, une structure en acier thermolaqué, surmontée d’un vaste toit, entouré de grandes baies vitrées et d’une large terrasse. Deux ans de travail avec la Machine de Nantes ont été nécessaires à sa conception. Il suffit de trois heures pour le monter et d’un semi-remorque pour le déplacer. Les deux kiosques existants, offerts par la Galerie Kreo à la ville de Paris, se déplaceront d’arrondissement en arrondissement pour accueillir des projets sociaux ou des associations. Un exemple d’économie circulaire : du promoteur au galeriste, du galeriste à l’institution, le tout stimulé par la créativité de deux designers.  

INFORMATIONS PRATIQUES

Disparition du graphiste Pierre Bernard
15/01/2016
Disparition du graphiste Pierre Bernard

Pierre Bernard s’est éteint le 23 novembre 2015 à l’âge de 73 ans alors que l’exposition sur Grapus vient à peine de refermer ses portes à Amiens.

Nous l’avions rencontré lors de son prix Erasmus en 2006 (Intramuros n°147). De cet homme affable et déterminé, nous avions retenu son indéfectible optimisme dans la raison d’être du graphisme. Un “graphisme d’utilité publique” pour tout “ce qui ne relève pas du commerce”. Habité par l’esprit du Bauhaus et initié à l’art de l’affiche militante lors d’un séjour en Pologne par Henryk Tomaszewski, le graphiste (né à Paris en 1942) s’était lancé avec fougue, à la fin des années 60, dans l’aventure Grapus avec François Miehe et Gérard Paris-Clavel, vite rejoints par Alex Jordan et Jean-Paul Bachollet. Le collectif des “crapules staliniennes” va réaliser pendant vingt ans des affiches exubérantes, engagées et provocantes qui feront le tour du monde. Peu après la dissolution du groupe en 1990, Pierre Bernard, qui reçoit le Grand prix national des Arts Graphiques, ouvre l’Atelier de Création Graphique (ACG) avec Dirk Behage et Fokke Draaijer. L’atelier deviendra vite un passage obligé pour de nombreux jeunes graphistes (Vincent Perrottet, Frédéric Teschner, Anette Lenz…) attirés par l’aura joyeuse d’un graphisme qui ne désarme pas. Des affiches feront date comme celle du Secours Populaire qui retrouve un second souffle (la main ailée avait été dessinée sous Grapus) mais aussi des identités visuelles comme celles du Musée du Louvre, des Parcs Nationaux en France… “Le rôle du graphiste est d’amener le commanditaire à se rendre compte de la place importante qu’il occupe dans la société et de valoriser l’action ou tout autre mouvement dans lequel il croit.” La dernière affiche de Pierre Bernard célébrait la Journée de l’AGI (Alliance Graphique Internationale) dont il était un membre très actif. Celle-ci traitait de la transmission. Annik Hémery

INFORMATIONS PRATIQUES

Dates
Du 15/01/2016 12:21 au 25/01/2016 15:18
Lieu :

Les pixels de marbre de Paolo Ulian
30/12/2015
Les pixels de marbre de Paolo Ulian

Paolo Ulian s’est livré à une performance originale pour présenter sa collection “Pixel”, éditée par Bufalini Marmi, lors du salon de Milan en 2015.

Muni d’un marteau, Paolo Ulian s’est livré à une performance originale pour présenter sa collection “Pixel”, éditée par Bufalini Marmi, lors du salon du meuble de Milan en avril 2015, à Ventura Lambrate. Le designer italien a conçu cinquante panneaux modulaires composés de “pixels” en marbre de Carrare, sculptés en trois dimensions, pour former une sorte d’écran numérique géant. Des vases complètent la collection. Le designer a également conçu “40 x 40”, une collection de sept objets de 40 x 40 cm en marbre de Carrare découpés au jet d’eau, comprenant une lampe de table, des vases, des coupes à fruits, une horloge murale et une table. Bénédicte Duhalde

INFORMATIONS PRATIQUES

Continuer
Les lauréat du Hublot Design Prize
18/12/2015
Les lauréat du Hublot Design Prize

La marque Hublot a lancé en 2015 le Hublot Design Prize pour récompenser et faire connaître des jeunes designers au grand public.

À l’occasion des 10 ans de sa montre iconique Big Bang, la marque Hublot a lancé en 2015 le Hublot Design Prize pour récompenser et faire connaître des jeunes designers au grand public. Le jury, composé de Pierre Keller, Lapo Elkann, Ronan Bouroullec, Marva Griffin Wilshire et le Professeur Dr. Peter Zec, a décerné le premier prix au studio suisse Big-Game – en couverture du numéro Intramuros 181 (novembre/décembre 2015) – ex-aequo avec le designer norvégien Daniel Rybakken. Le prix de 50 000 CHF a été remis aux deux lauréats le 27 octobre pendant la Tokyo Design Week. Les cinq finalistes – Big-Game, Daniel Rybakken, Bethan Laura Wood, Brunjar et Federico Santa Maria – présentaient leur travail dans une exposition au MOT (Museum of Contemporary Art) à Tokyo dans une scénographie de Keiji Ashizawa. Sarah Mineraud

INFORMATIONS PRATIQUES

Dates
Du 18/12/2015 14:33 au 25/01/2016 13:54
Lieu :

Continuer
Le Rado Star Prize du public
04/11/2015
Le Rado Star Prize du public

Rado a profité de la Paris Design Week pour décerner sur Now! Le Off, aux Docks-Cité de la mode et du design, le Rado Star Prize 2015.

Rado a profité de la Paris Design Week pour décerner sur Now! Le Off, aux Docks-Cité de la mode et du design, le Rado Star Prize 2015. C’est tout le paradoxe des prix qui s’illustre dans le choix ex-aequo d’Aurélie Hoegy et Jules Levasseur. La première a remporté les suffrages d’un jury hésitant, avec “Dancers”, une collection de chaises en coton et latex trempés et séchés, qui semblent vivre et s’animer comme des personnages. Impressionnantes, presque macabres, elles s’agitent comme des corps habités et sont étrangement loin de l’esthétique si parfaite de Rado. Jules Levasseur avec son projet “S” réalisé en tôle ondulée, en collaboration avec la société Petrus, décline une esthétique plus radicale et moins anxiogène mais moins médiatique. L’esprit d’Aurélie Hoegy est sans nul doute plus facile à vendre en première page que la discrétion de Jules Levasseur. Heureusement on peut se réjouir du bon goût du grand public qui a élu la collection “Living Boutique” de Pich Tripasai, qui associe bois de teck et céramique de Chiang Mai, des matériaux thaïlandais associés à l’acier et au miroir. 

INFORMATIONS PRATIQUES

Dates
Du 30/10/2015 16:35 au 15/01/2016 14:20
Lieu :

Continuer
Sammode, expert en lumière
30/10/2015
Sammode, expert en lumière

Depuis 1927, Sammode assure la production et la conception de luminaires destinés aux espaces industriels, hangars ou sites de production.

Depuis 1927, Sammode assure la production et la conception de luminaires destinés aux espaces industriels, hangars ou sites de production, tubes fluorescents hermétiques mais aussi projecteurs, réflecteurs hublots ou luminaires encastrés. Il faut voir dans leur catalogue, la raffinerie Total de Donges, le hangar de fabrication du Petit Billy à Noyal-sur-Vilaine ou la passerelle Simone de Beauvoir à Paris valorisés par les éclairages Sammode. Leur rencontre avec le tandem Jean-François Dingjian et Eloi Chafaï (Normal Studio) leur a ouvert les portes du showroom Cassina au croisement du boulevard Saint-Germain et de la rue du Bac à Paris pendant la Paris Design Week et souligne une ouverture et la recherche d’une clientèle d’un autre genre. Dans le showroom raffiné de la rue du Bac, la technicité de l’objet est sublimée. De l’éclairage technique industriel, Sammode glisse doucement vers le territoire du design, sous l’impulsion d’Emmanuel Gagnez, quatrième génération qui assure depuis 2009, la direction générale de l’entreprise.

INFORMATIONS PRATIQUES

Dates
Du 30/10/2015 14:16 au 15/01/2016 14:19
Lieu :