Cavrois et Noailles, deux villas résistantes

Deux commandes ont été faites au jeune architecte parisien Robert Mallet-Stevens (1886-1945), un des fondateurs en 1929 de l’Union des artistes modernes (UAM). La Villa Cavrois et la Villa Noailles ont représenté l’avant-garde de l’architecture en France. Toutes deux ont été abandonnées et ont connu le délabrement. Elles ont fini par être sauvées et réhabilitées par les pouvoirs publics et proposent aujourd’hui deux arts de (re)vivre différents. On ne les approche pas sans les désirer. Pour atteindre la Villa Noailles, plein Sud de la France, il faut gravir la colline méditerranéenne qui domine Hyères (Var). Cette petite folie en béton a été construite de 1923 à 1933 pour Marie-Laure et Charles de Noailles, couple d’aristocrates fortunés. À Croix, il faut traverser la périphérie huppée néo-régionaliste de Roubaix (Nord), pour aborder l’impressionnant vaisseau moderne qu’est la villa Cavrois. Achevée en 1932, elle a abrité la famille de l’industriel roubaisien du textile, Paul Cavrois. Extrait de la rubrique “Patrimoine”, par Anne-Marie Fèvre, Intramuros n°184, Mai/Juin 2016Retrouver la suite de l’article Anne-Marie Fèvre

INFORMATIONS PRATIQUES

Dates
Du 09/05/2016 13:30 au 09/05/2016 13:35