À Lille, l’expo « Designer(s) du design » dessine un paysage du design français

Dans le cadre de Lille 2020, Jean-Louis Fréchin et son studio NoDesign proposent une exposition passionnante autour d’une centaine de projets français : autour d’une déclinaison de verbes (initier, interroger, proposer, interagir, surprendre, rassembler…), le Français concocte un parcours vivant qui montre les multiples facettes du design industriel et termine sur des champs d’application prospectifs. Le grand public trouve ses marques dans le caractère très concret de l’exposition, tandis que les professionnels en ressortent avec l’image d’un secteur dynamique et d’avant-garde.

«  Pourquoi faites-vous du design? » c’est la question que Jean-Louis Fréchin a posé à une douzaine de designers, de générations différentes, et qui donne lieu à une installation vidéo présentée au début de l’exposition. Après un hommage à des figures qui ont marqué la discipline, comme Charlotte Perriand, Jacques Viénot, Roger Tallon ou encore Marc Berthier, et qui ont formé des générations bien en place aujourd’hui,  cette entrée en matière plutôt directe a le mérite d’éviter de perdre le public dans une énième définition de ce qu’est le design, en mettant directement l’accent sur les projets, comme une preuve par l’action, tout en partageant directement la passion de ces professionnels.


Jean-Louis Fréchin, commisaire de l'exposition © NoDesign_www.intramuros.fr
Jean-Louis Fréchin, commissaire de l’exposition © NoDesign_www.intramuros.fr

Le parcours continue avec une salle dédiée à Philippe Starck («  parce qu’il représente bien l’absence de limite du design » selon Jean-Louis Fréchin : le designer le plus connu des Français est présent avec des projets totalement éclectiques, depuis le projet d’éolienne individuelle à la voiture électrique, la chaise AI pour Kartell, les lunettes aux  articulations bioniques brevetées…  mais lui succède dans la salle suivante le kayak et les vélos  conçus par l’équipe interne de Decathlon, le premier téléphone mobile grand public réalisé par Alcatel,  les projets de Stéphane  Thirouin avec SEB, de  Fritsch + Durisotti (par exemple le voilier ) et bien d’autres  insistent sur les fondamentaux du design industriel : répondre à des usages, des pratiques,  dans une conception pensée pour une diffusion pour le plus grand nombre. C’est d’ailleurs la force de ce tour d’horizon français : à côté de fortes personnalités qui travaillent à l’international, le rôle important des équipes de design intégrées est également mis en avant.

“Designer(s) du design” Lille 2020, Tri Postal

Le design, force de propositions

À travers les projets de Constance Guisset,  de Jean-Baptiste Fastrez, de Mathieu Lehanneur… l’exposition se poursuit en  se focalisant sur la force de propositions du designer. Ici, les frontières entre artisanat et industrie sont brouillées : que ce soit en déclinant la lampe de chevet dans les TGV (Saguez & Partner)  aujourd’hui reprise par l’éditeur Moustache, ou des recherches sur les matériaux ( recyclage de pneus, fibres de jute…)  ou sur des sources plus inattendues en  « cofabricant» un luminaire  avec l’intervention directe de vers à soie  ( Twill Light, d’Elise Fouin), le designer surprend par les réponses et les pistes d’exploration qu’il propose à des questions environnementales et sociétales plus larges. 

Lampe de Jean-Louis Fréchin pour DCW

Compte tenu de la personnalité du commissaire de l’exposition, le parcours prend évidemment en compte la révolution numérique, qui « élargit le rôle et le potentiel des objets ». On y découvre les recherches d’EDF Lab, comme différents objets connectés, mais aussi des recherches sur des polices de caractère pour le design d’interface , des badges capteurs de pollution…  Enfin, comme un écho à l’aménagement de l’espace urbain traité au début du parcours – à travers l’évolution de la définition des projets  de la RATP et de la SNCF – la dernière partie du parcours insiste sur la question de l’intérêt général abordés par les designers : rafraîchissement urbain, mobilier urbain, impression 3D à la demande … 

Dense, mais accessible au grand public par une scénographie bien soignée, cette exposition dresse un panorama vivant des acteurs français du design (une soixantaine sont cités, toutes générations confondues), montre combien un designer peut travailler sur des sujets extrêmement variés alors qu’il est toujours tentant de d’enfermer dans des catégories. Dans son témoignage vidéo, au début du parcours, Jean Marie Massaud exprimait” je fais du design parce que je ne peux appréhender une question que globalement”, Mathieu Lehanneur ” parce que j’ai besoin qu’on me pose une question“. Et pour Mathilde Brétillot “ j’essaie de trouver une forme entre ce qui est profondément personnelle et une question empathétique“.

design" © NoDesign_www.intramuros.fr
“Designer(s) du design” © NoDesign_www.intramuros.fr

” Designer(s) du design” dans le cadre de Lille 2020
Tri Postal, Lille
Jusqu’au 11 novembre 2020

Tagué dans: