Rechercher un article, portrait, agenda ou city guide...
L’affiche “Dessignes_2014_4”, design Des Signes (collectif Air Poster, 2014) et l’affiche “LG_01”, design graphique Les Graphiquants (collectif Air Poster, 2012)

Graphic Design Festival, première édition

graphisme / expo
2 février 2017

Graphic Design Festival succède à la Fête du graphisme et fait l’inventaire, pour le grand public, des pratiques graphiques au Musée des Arts Décoratifs à Paris.


Les premiers signes graphiques à apparaître en ville ont été portés par les supports JCDecaux simultanément à Paris, Londres et New York. Partenaire fondateur du Graphic Design Festival, l’entreprise se retrouve, une fois encore, aux premiers postes de la manifestation initiée il y a trois ans par l’affichiste Michel Bouvet (sous l’intitulé Fête du graphisme) qui en assurait la direction artistique, aux côtés de ses partenaires Artevia et D’Days.

Que les D’Days, qui font la promotion et la diffusion du design, chapeautent aujourd’hui le festival à la demande de l’agence de production d’évènements culturels a valeur de reconnaissance pour la discipline : "Notre ambition est de déployer toutes les facettes du design, observe René-Jacques Mayer, président des D’Days. Le design graphique, déjà un peu présent dans les D’Days, dispose cette fois-ci, avec le Graphic Design Festival, de son propre évènement. Il fait lui-même l’objet d’une présentation élargie. À la manière des D’Days, il prend appui sur le Musée des Arts décoratifs et propose un parcours en ville (speed-datings, etc.) qui s’étoffera au fil des éditions. Le deuxième temps fort du festival du design, les D’Days toujours en mai, portera sur l’objet, le produit et l’espace (dont le design sonore). À l’automne, notre forum prospectif Think Live reviendra sur la place du designer dans la société."

Graphic Design Festival, première édition
Système de représentation graphique conçue par Detanico&Lain pour le 27 rue de Fleurus

Les modules du Musée des Arts Décoratifs
Si le coup d’envoi continue d’être donné dans l’espace public (11 janvier au 22 février 2017) avec des affiches commandées à une vingtaine de studios français et étrangers et célébrant le sport, le Musée des Arts Décoratifs reprend la balle au bond et, comme lors des D’Days, abrite plusieurs expositions qui balaient la diversité des pratiques : de la communication visuelle à la typographie en passant par le motion design, la signalétique sans oublier la publicité.

Chaque discipline est évoquée, dans son module d’exposition, au travers d’un cas d’étude ou en faisant référence à un autre événement. Introduisant le parcours (gratuit), le collectif Air Poster fait ainsi découvrir une sélection de ses accrochages d’affiches sérigraphiées produites hors commande, qui attestent d’une création visuelle très vive, menée aujourd’hui par des studios tels Des Signes, les Graphiquants, BB-Bureau, La Casse...

Lui faisant écho, l’expérience inédite et peu connue menée par la galerie d’art iranienne Azad Collaborative Design Project. Depuis neuf ans, les expositions de cette galerie à Téhéran sont annoncées par des affiches créées par les graphistes d’un collectif issu de la talentueuse école de Reza Abedini. Le dos des affiches fait office de catalogue. Pliées, elles forment les cartons d’invitation. La production est riche de quelque 350 affiches et s’accompagne d’une réflexion stimulante sur le rôle de la calligraphie et typographie.

Graphic Design Festival, première édition
Les affiches de Sanaz Soltani (2014) et Reza Abedini (2015) pour la Azad Art Gallery

Il est encore question d’affiches et d’expérience dans le module réservé au T2G ou Théâtre de Gennevilliers. Pendant dix ans, le théâtre, conduit alors par Pascal Rambert, a fait travailler des photographes (Valérie Jouve, Nan Goldin, Valérie Mréjen et Claudine Doury) aux côtés des graphistes Frédéric Teschner et Laurent Fétis. La communication visuelle, qui se base sur la photographie, n’est plus illustrative d’un spectacle mais des habitants ou des habitués du théâtre. Et sert le projet artistique de l’institution qui s’envisage alors comme un espace global de création. Le fonds photographique qu’elle a réuni est unique. 

Graphic Design Festival, première édition
Affiche pour le T2G (Théâtre de Gennevilliers), saison 2015-2016, conception graphique Laurent Fétis et Sarah Martinon, photo Claudine Doury

Pour traiter de la typographie, le festival, qui n’a pas opté pour un commissariat général (à l’inverse de la Fête du graphisme), emboîte les pas de huit typographes (Jean-François Porchez, David Poulard...) qui font part de leurs trouvailles en matière de lettrages urbains dans la collection vidéo Safari Typo produite par les Films d’Ici (à voir ici). Et pour traiter des rapports ambigus qu’entretient le graphisme avec la pratique artistique, il s’est focalisé sur le travail d’Angelina Detanico et Rafael Lain, deux artistes, sémiologues et graphistes, qui questionnent les conventions des signes en développant de singuliers systèmes de représentation plastique, sonore et visuelle.

Graphic Design Festival, première édition
Le graphiste Bas Jacobs (Amsterdam) dans une vidéo de la série “SafariTypo”, production Les Films D’Ici

Discipline paradoxalement peu souvent mise en exergue, la signalétique, fait ici l’objet d’un déploiement plus marqué en exposant le DesignLab ouvert en 2016 par l’agence d’architecture AREP dont le travail sur la mobilité dans l’espace public est salué à l’international. Plusieurs de leurs signalétiques montrent comment l’information est transmise et rendue accessible à travers la mise en place d’éléments graphiques. À cette dimension fonctionnelle s’ajoute aujourd’hui une recherche d’identité visuelle.

Graphic Design Festival, première édition
La signalétique conçue par l’agence AREP Designlab pour la SNCF © M. Lee Vigneau

Et la publicité ? Pour sa première édition, le Graphic Design Festival fait une incursion timide sur ce terrain sensible en se contentant de rappeler les prix D&AD Professional Awards créés à Londres il y a 55 ans. Et de montrer, pour la première fois à Paris, quelques primés 2016 de la catégorie « design graphique », une sélection assurée par l’agence de design international Landor Paris. Mais la tentative est là de rapprocher enfin deux postures prétendument inconciliables du graphisme français.

graphicdesignfestival.paris

Informations pratiques

Dates
Du 11.01.2017 au 22.02.2017
Lieu :
Musée des Arts Décoratifs
107 rue de Rivoli, Paris, France


Annik Hémery le 02.02.2017

Commentaires
Découvrez nos apps
Intramuros 189 / 04/2017
Couverture du numero 189 mars avril 2017

Découvrir le dernier numéro
d'Intramuros Magazine

Découvrir Intramuros 189

Abonnez-vous

Intramuros, le magazine de référence du design depuis 30 ans, analyse et traite toute l'actualité du design international dans l'ensemble de ses applications.

Je m'abonne
x Fermer
Abonnez-vous à notre newsletter

Chaque semaine, recevez toute l'actualité
du design et de l'architecture dans votre messagerie.