Skip to main content
Actualites / Architecture d'intérieur / Projets / Agence Ubalt, une signature visuelle
22/06/2021

Agence Ubalt, une signature visuelle

La jeune agence parisienne d’architecture intérieure Ubalt a pour ambition créative d’évoluer au sein de projets éclectiques, d’appartements, d’équipement sportif, ou de boutiques. L’un de leurs premiers chantiers, ce loft du Grand Marais concrétise leur intention particulière d’espace hybride, entre galerie d’art contemporain et résidence privée. 

Nastasia Potel et Mylène Vasse, architectes DE bientôt DPLG, ont fondé l’agence en 2015. Leur expérience en architecture d’intérieur et scénographie se forge dès leurs études à l’ENSA de Versailles autour de projets menés en duo. Vives et déterminées, elles préfèrent emprunter la voie du décor mis en scène, option selon elles, « moins contraignante moins conventionnel et dans un timing plus court ». Elles se font connaître de bouche à oreille  grâce aux chantiers privés ou projets de scénographies confiées par des agences de communication. 

Portrait de Nastasia Potel et Mylène Vasse.

La réalisation de ce loft de 250 m2 au cœur du quartier du Grand Marais à Paris, associe le domestique et le spectaculaire, préoccupations majeures de leurs activités. « Pendant le confinement, les propriétaires ont amorcé leur envie de changement qui a, par la suite, déclenché la rénovation du lieu. » Il a fallu beaucoup d’imagination, et un parti prix osé pour réussir la transformation de cet ancien data center situé au rez-de-chaussée sur cour d’un immeuble des années 70.

« On a eu carte blanche, et pour défi, de gérer l’absence de vue dégagée, le manque de lumière naturelle, et d’y apporter de la flexibilité. Le chantier lui aussi a été singulier ; outre notre investissement sans faille, un entrepreneur à la retraite, de la famille du client, a fait partie de l’aventure, réalisant lui-même une grande partie des travaux. » détaillent les architectes. 

Destiné au résidentiel et à la location pour l’évènementiel, (showroom, shooting photos, galerie d’expositions), la double spécificité du loft Grand Marais a été l’enjeu majeur de ce projet atypique. Pour répondre au cahier des charges, les architectes ont imposé un langage formel particulier propre au contexte ; éclairages dessinés sur mesure qui recréent la lumière sans la restituer, poutres en plexiglass et menuiseries pensées sous forme de signalétique jaune fluo.

Dans cette nouvelle configuration, les chambres et la salle de projection sont modulables, la pièce à vivre est si vaste qu’elle inclue aussi une double cuisine. Les jardinières recréent un mini jardin en lumière zénithale filtrée par quatre skydomes (sortes de hublots). 

La moitié de l’appartement étant dépourvu de fenêtre, le jeu des matières et des couleurs, a été déterminant afin d’unifier l’ensemble. « Le béton, le terrazzo, le plexi jaune fluo, les nuances de gris du mobilier, les textiles irisés glissent d’un espace à l’autre, et se répondent, afin de créer du relationnel entre eux, et de se recentrer sur la pièce à vivre. » 

Quelques références aux seventies renforcent le style naissant de ces jeunes architectes, fan de l’architecte Rem Koolhaas, de l’artiste minimaliste Dam Falvin ou du couturier André Courrèges. Les projets du domestique ou du retail, qu’elles conçoivent, jouent avec les éléments structurels qui dialoguent ensemble comme les personnages d’une scénographie, avant même de penser fonctionnalité. 

Anne Swynghedauw